Extraits de la narration :

Peut-être que ce rêve commence là où nous quittons les routes toutes tracées. Ce ne sont pas les mêmes paysages, pas les mêmes sons, ni le même vent, mais il est un compagnon quel que soit le chemin, qui répond toujours présent. Ce parallèle m’apparaît à chaque fois plus clairement : nous avons encore des sommets à gravir, à notre manière, et face à toutes les décisions à prendre, tous les choix à faire, face à l’immensité des possibles qui se présentent devant moi, mon réconfort, c’est aussi de pouvoir compter sur toi. Sans doute est-ce plus qu’un attachement émotionnel, plus qu’un lien symbolique : c’est un rêve récurrent. Un rêve enveloppant, qui prouve que notre relation traverse le temps. 

Je sais qu’il est des histoires faites pour durer. Je sais que tu en as accompagné bien d’autres. J’imagine que ces histoires pourraient rejoindre la nôtre. Je ne suis peut-être pas le seul à franchir les rives, et c’est peut-être l’endroit où se réunissent les rêves. Cette distance à parcourir ensemble, un foyer, un horizon qui pourrait encore s’agrandir. Tout cela, je l’accueille avec sérénité en sachant que tu serais là, pour chacun d’entre eux, comme tu l’as été pour moi. 

Je ne suis pas le seul à faire ce rêve. Ce rêve n’est pas le premier ; il ne sera pas le dernier. Peut-être qu’il recommence à chaque fois que je crois ma route toute tracée. Mais peu importe que ce ne soient pas ces paysages, ces sons et ce vent, je le sais pertinemment, pour avoir fait ce rêve si souvent ; quel que soit le chemin, Togo est le compagnon qui répondra toujours présent.