MOT À MOT avec Mathilde Yagoubi, Déléguée Générale, GAME ONLY.

Le mot excessivement employé par votre secteur, dont vous vous êtes lassée ?
Visioconférence : c’est un mot que j’emploie constamment. Je trouve qu’il est temps que l’on remette de l’humain dans nos vies ! 

Le mot qui vous démarque, que vous êtes fière d’avoir trouvé ?
Gabrielle : le prénom de ma fille. J’adore le voir écrit, c’est un joli mot. J’en suis fière à tous les niveaux : en tant que femme et en tant maman ! 

Le mot réflexe, dont vous aimeriez personnellement vous débarrasser ?
Effectivement ! Je le dis régulièrement et quand je m’entends le dire je me fais cette réflexion ! Je pense que c’est un tic de langage rassurant, c’est une sorte de mot confort ou de mot refuge.

Le mot qui fâche dès que vous l’entendez ?
Harcèlement. Ce mot est généralement orienté vers les femmes, et cela me crée une réaction hypodermique. Il me met hors de moi, je ne le supporte pas, j’aimerais le faire disparaître.

Le plus joli mot de votre métier ?
Diversité. Je suis très fière de ce mot. La diversité des jeux, des joueurs nous tient à cœur dans l’industrie du jeu vidéo. C’est une valeur partagée par la filière, et c’est bien de constater que tout le monde a conscience des évolutions.

Le mot qui fait rire, auquel vous êtes joyeusement attachée ?
Ninja ! Mes collègues me voient comme un ninja, ils disent que je suis toujours là au bon moment, au bon endroit. Pourtant, dans ma vie privée, je suis tout le contraire !

Le mot peu utilisé, qui mérite d’être réhabilité ?
Croquignolesque. C’est un vieux mot, très beau, je l’adore ! Je me mets même au défi de réussir à le placer dans des conversations ! La plupart des gens ne le comprennent pas, et cela me fait beaucoup rire !

Le mot qui fait rougir, qui ne manque pas de vous toucher ?
Je t’aime : on ne l’emploie pas assez je trouve, pourtant on dit souvent qu’il faut dire aux gens qu’on les aime, tant qu’ils sont encore là. 

Le mot dont l’orthographe ou le sens vous fait toujours douter ? L’apanage. Je doute tout le temps de l’orthographe, alors que je l’utilise souvent. J’ai pour habitude d’essayer d’utiliser des mots qui changent un peu.

L’anglicisme qu’on préfère en français ?
Meeting : je n’en peux plus de ce mot. Pourquoi est-ce que l’on dit à chaque fois “meeting dans 10 min” ? “Réunion dans dix minutes”, c’est bien mieux. Puis c’est hyper caricatural. Le français est une belle langue, utilisons-la !

Le mot qui a de l’allure, qui porte une queue-de-pie, qu’on amène en soirée ?
Escarpin. Ce mot me plaît, il est vraiment élégant. Il vient de l’italien, et c’est une langue que j’affectionne particulièrement. Lorsqu’on le dit, on sait qu’une belle soirée, qui sort un peu de l’ordinaire, nous attend. 

Le mot qui met tout le monde d’accord ?
Vacances : on en a tous besoin, de vraies vacances, comme avant.

Le mot de la fin ?
Entrepreneuse. C’est grâce à ce mot que j’ai connu la Maison Trafalgar à l’époque de ma rencontre avec Bérengère, au sein de l’incubateur Manufactory – et c’est un mot qui me représente bien dans la vie ! C’est un mot important, qui devrait plus souvent être accordé au féminin.