Extraits : OMNES Education

OMNES, Matthieu Musette

En adepte de prouesses footballistiques qui s’avouait inculte en mécanique, Matthieu a prouvé qu’il était possible de passer de l’univers Materazzi à celui des Maserati. Entre ce vrombissement signature de la GranTurismo, et cette langue de Dante qui s’éploie des mails aux visios, le Responsable commercial favorise la vente sur l’ensemble de la France, s’assurant que la marque de voitures de luxe soit représentée dignement, coordonne les actions des quinze concessionnaires – un sport de concessions qui nécessite son lot d’offres packagées et de subtilité. Et bien qu’il pilote aujourd’hui un maillage d’excellence, Matthieu a démarré sur des bolides moins altiers – une Renault Kangoo jaune grâce à laquelle il livrait le courrier.

 

OMNES, Ronan Le Mestre

Tandis que sa grand-mère crépière comblait Ronan des délices de leur terroir, à commencer par les fameuses galettes de blé noir, les porcelaines, les argenteries et le cristal étaient de sortie pour attiser la faim. Et son père jouait le sommelier aux côtés de cette mère qui faisait tourner les fourneaux à plein pour ravir la maisonnée, régulièrement agrandie d’une bande de copains. Car l’amour pour l’élégance culinaire n’aurait su retenir Ronan à Carnac Plage, ni même au sein du territoire hexagonal. Le Directeur international de la Maison de pâtisserie Ladurée a fixé son appétence pour l’ailleurs dès le lycée, lors d’une année à potasser dans l’État de New York. Il atterrit donc à Paris, après avoir été séduit par un cursus en commerce dans une école proposant un programme de niche « en version full english ».

 

OMNES, Marielle Postec

Il arrive qu’une vocation frétille dès l’âge des jeux et des marelles, lorsque tout scintille et émerveille ; celle de Marielle jaillit à l’époque où la fillette vécut un premier éveil télévisuel face à une publicité fruitée. Au-delà de cette saynète, elle entrevoit déjà sous le reptile de bric et de broc une dimension fantaisiste qui guidera sa voie. Après une adolescence à se projeter photographe, puis quelques années de jachères juridiques et un master en business international achevé sans grande conviction, c’est au détour d’une conversation en Irlande qu’elle découvre la fameuse école de publicité, située à Roubaix. De manière fortuite, l’évocation de Sup de Création débloque le souvenir de l’animal en plastique, et celle qui se pensait encore un « pur produit de la capitale » s’en dirige vers le Nord.

 

OMNES, Coline Amblard

Coline le sait à ce club féministe qu’elle a fondé pour élargir ses lectures : le plus grand des obstacles reste sa propre censure. Alors, pour réveiller ses ambitions de styliste, peut-être même qu’elle laissera ressurgir à la pointe du stylet les inspirations des costumes d’une série d’animation comme Arcane, les cultures et les mouvements qu’elle a appris à identifier, ou toutes ces femmes « fortes et affirmées » qu’elle dessine. Coline sourit à l’adage qui l’a tant vue crayonner : un parcours n’a pas de mauvais sens, seulement celui qu’on veut lui donner.


Extraits : Elmy

La transition énergétique était pourtant loin de ses préoccupations premières : durant une jeunesse écoulée en Catalogne, ce fut le rêve de devenir footballeur qui enflamma d’abord l’imagination d’Albert. Au cœur du commerce familial, entre la papeterie, les magazines et autres journaux, le gamin se perdait dans les pages de Marca ou du Mundo Deportivo, suivant les exploits du Barça et de sa fameuse tactique en 3-4-3. Mais plus encore que le goût du ballon rond, des régalades de tortillas et de sandwichs garnis d’un chorizo fait maison, son Espagne natale lui a forgé une aptitude à encaisser les horaires à rallonge. Entre ses parents qui démarraient aux aurores, et sa grand-mère de Castille qui travaillait la terre sans économiser ses efforts, Albert saisit très tôt ce que signifie de mettre de l’ardeur à la tâche. Lui qui passait ses vacances d’été sur le tracteur de l’exploitation familiale, il était néanmoins plus à l’aise sur le siège de son pupitre ; son profil d’élève doué et ses bonnes notes le portèrent vers une orientation tout indiquée pour ses proches et ses professeurs.

 

Il n’a peut-être jamais eu un « plan de carrière très clair », Albert a toujours honoré son ambition de voyage et de découverte, jetant régulièrement un œil de l’autre côté des frontières. Attiré par une opportunité de VIE, il coupa court à son stage de fin d’études, et partit en Albanie pour le compte de la Compagnie Nationale du Rhône. Comme il le fera plus tard dans l’entrepreneuriat, il débarqua en impromptu ; son instinct lui servit de boussole dans ce pays « aussi authentique que m’as-tu-vu ». À peine remis de cette expérience sur la terre des aigles, Albert accepta une proposition de la CNR afin d’endosser des fonctions nouvelles. Un départ éclair pour la Capitale des Gaules, un entretien pour une colocation qui se termina à six heures du matin dans la fameuse fontaine Bartholdi, et voilà que le fringant opérateur marché se mit à creuser la question des énergies sous l’angle de l’économie.


Extraits : Loubière

Même si à quatorze ans révolus, l’autorité parentale lui somma de franchir le pas pour en faire son métier, l’adolescent était déjà bien charpenté par des dimanches à couper le bois. Timide tout d’abord, il prouva qu’il savait transpirer, et se trouva bien vite à son aise dans cette ambiance de fournaise. Encore lui fallut-il honorer auprès du fondateur éponyme un rite de passage pour démontrer son intelligence de la main : découper une plaque, puis y graver son nom au marteau et au burin. Tout en entreprenant un pré-apprentissage à Angers, Philippe apprivoise peu à peu le façonnage à chaud, s’applique à faire chanter l’enclume et à étirer le matériau sur tout son volume.

 

C’est peu dire qu’en trente-cinq ans à marteler au sein de l’atelier sous toutes ses moulures, Philippe y alla de son poinçon sur de nombreux édifices plus ou moins notoires, de l’église du coin à la Statue de la Liberté, en passant par Chambord et presque tous les châteaux de la Loire. Qu’il s’agisse de créer une rambarde en partant de rien, une serrure à vertevelle, une porte de jardin, ou cette grille mystère qui lui fit obtenir la qualification Monuments historiques, qu’il s’agisse de restaurer un portail, des têtes de serpents ou les rampes d’un théâtre, ces confections ont toutes pour point commun d’avoir été confiées aux tenailles du même passeur. (…) Lui qui demeure plus que tout attaché à sa région et aux paysages de l’Anjou, partout où il baguenaude, Philippe ne peut s’empêcher d’admirer les structures en fer forgé. Et quand ce pur enfant du terroir déambule en famille, quand il aperçoit au loin l’épi de faîtage du château de Saumur, il ne manque jamais de dire à sa petite-fille, en pointant la toiture du doigt : « Regarde, c’est papy qui a fait cela.”


Extraits : Navailles

Dans ces vingt-et-un mille mètres carrés, plus d’une centaine de talents se consacrent à un travail minutieux et exigeant, des esquisses préliminaires aux sièges assemblés. En pénétrant par l’atelier tubes, vous aurez l’impression de déambuler dans une forêt étonnante, au milieu d’un parc de tiges en acier pouvant atteindre six mètres de haut. C’est là qu’elles sont pliées, écrasées, contrôlées, embouties par un chassé-croisé sécurisé, qui parachève les châssis des assises. Vous savez que nous fabriquons à façon, mais pas toujours de quelle manière. Chez nous, on élabore des outils maison à partir d’une pièce un peu casse-tête ; chaque défi technique est un régal, puisque notre industrie artisanale a fait de l’autonomie un parti pris radical. Passés le tonnerre des entrechocs et les sifflements des chalumeaux, passées les odeurs du métal en fusion, l’exploration se poursuit sur le même site, avec un tout autre univers. Dans l’atelier couture, certaines travaillent en musique après les échauffements matinaux. Puis, tout à coup, les rouleaux de tissus s’alignent, feutrent les conversations, le « tactac » cadencé des machines de pose ficelle – avant que ne reprennent les franches rigolades, et ce même humour qui pétille de voir les commerciaux tenter de les manipuler.

 

Dans ce Pays de Cocagne que sont les Landes, un certain goût du raffut et du labeur a toujours présidé. Lorsque la Seconde Guerre s’est abattue sur le territoire, un cycliste émérite du nom de Robert Navailles a prétendu qu’il s’entraînait en prévision du Tour de France, afin de berner les Allemands à la frontière, et de jouer les passeurs pour la Résistance. S’il paraîtrait même qu’il recueillit un parachutiste américain, et lui apprit à pédaler, il est avéré qu’à la libération, l’entrepreneur fixa son prochain point de chute en Argentine, où il créa une manufacture des cadres en partant de zéro. Et puisque le sport a sa façon de conjurer le sort, c’est en montant son affaire avec des marques italiennes remarquables que l’habileté de Robert finit par se faire remarquer. Il revint à Mont-de-Marsan, dans ce garage où il peignait à la main des fourches de vélo qui servaient aussi de piètements de chaises, jusqu’à ce que l’avènement de l’automobile ne lui fasse changer de fil conducteur – et que ses deux fils ne le rejoignent en 1966, pour fonder Navailles.

 

En plus du patois qu’ajoute chaque village, si vous tendez l’oreille, vous comprendrez que les discussions dans notre Manufacture empruntent des expressions venues de lointains rivages. Les cagettes rapportées par les agriculteurs du coin côtoient les freelances qui collaborent avec Navailles depuis d’autres continents. « Crafted for work », « boostrapping » et « test and learn » cohabitent avec les plâtras de volailles préparées à l’ancienne, avec le foie gras, les magrets de canard, avec les pauses à l’ombre qui protègent du cagnard – avec toutes ces coutumes qu’il faudrait être fada pour oublier. D’ailleurs, il n’y a rien d’absurde à perpétuer la mentalité du Gascon : jusque dans les années soixante, les bergers se perchaient sur des échasses pour gagner en hauteur de vue. Résilient et même un tantinet canaille, c’est cette philosophie qui dirige toujours Navailles.


Extraits : Le Presse Papier

Portrait iconique de marque

Situé entre Saône et Rhône, dans les contrebas des traboules de la colline qui travaille et le sillage d’un Raoul Dufy en pleine ascension, Le Presse Papier entretient l’héritage des Canuts et des métiers Jacquard. Ici, les étagères regorgent d’ouvrages en tous genres, les murs sont chamarrés de tableaux, les projets s’amoncellent sur le bureau. Dans ces cent-cinquante mètres carrés dédiés aux muses, du premier coup de mine sur le papier à la vente finale en direct, tout se matérialise dans ce même périmètre. Sous la clarté des néons qui restituent celle du jour dans tout son spectre – le référentiel idéal –, ce sont souvent des mois qui défilent et se consacrent au millimétrage d’une chorégraphie dont la cinétique tutoie le poétique. 

 

Si pour la marque référente, la précision dans l’exécution s’impose comme l’étalon-mètre, quand il s’agit d’inspiration, il n’est pas de divagations que l’on ne peut se permettre. Dans cet atelier où la chromatique tient autant pour gamme que pour dogme, c’est un illustre ballet qui s’anime au quotidien : Le Corbusier côtoie Klimt et Bergman, Manet déjeune avec Matisse, William Morris, Monet et Gauguin, Tati taquine Godard ou encore Gaudi. Sans détour, il est possible de puiser çà et là, du tac au tac, dans les allées d’Orsay, dans une photographie, une carte postale, un film de Truffaut, dans l’exotisme d’un séjour ou dans les contrepoints de Bach. En ces lieux où flottent en permanence le swing de Miles Davis ou les Nocturnes de Chopin, sans cesse est recherché cet équilibre qui détonne. S’il est dit que la musique n’est autre que le silence entre les notes, Le Presse Papier est passé maître pour agencer les espaces blancs entre les motifs.

 

Les clients peuvent croiser Mata Hari et son style à l’indienne, aux courbes qui ondulent, à moins qu’ils ne survolent l’éphémère Hanami du Japon et les escarpements de sa péninsule. Au-delà des latitudes, ils remontent aussi la pendule : certaines compilations sont en phase avec l’Amérique de la Beat generation, ainsi qu’en témoigne Mo-Jazz, une ode aux années cinquante, où les vibrations d’une géométrie acidulée ne sont pas sans rappeler les productions de Vasarely. D’autres les projettent encore plus loin, dans l’abîme des temps immémoriaux, quand pour tracer les Singes bleus de la collection tradition, l’Homme maniait déjà avec grâce le pinceau. Bien souvent, dans ces compositions, tout un fil narratif se déploie. Le modèle Anima, qui revisite l’iconique toile de Jouy, en a d’ailleurs fait son sanctuaire ; au milieu de cette jungle vivante, l’ours se prélasse, le lion veille, et prête à bondir, on distinguerait même le feulement de la panthère. Mais qu’il s’agisse de rééditions ou de créations originales, parmi lesquelles Theda Bara, Éden, Jaipur, Paule Marrot, Savannah, Calypso, Weimar et tant d’autres déclinaisons, si ces appellations semblent surgir de plusieurs territoires en fragments épars, lorsqu’elles embellissent un mur après s’être lovées dans le livre d’échantillons, elles raconteront toujours la même histoire, mais chacune à sa façon.


Extraits : Poncin Métal

Portrait croisé :

Fidèle à sa propension de tailler un avenir aux larges proportions, Jean-Charles lança des chantiers d’envergure sitôt qu’il prit officiellement les rênes de Poncin Métal ; avec un rachat en pleine crise sanitaire, il brava un timing que d’aucuns jugeraient intimidant. Aux côtés des plieurs, du BE et des deviseurs, soutenu par l’engagement des monteurs-soudeurs, des laséristes et autres directeurs de site, c’est en emmenant avec lui tous les collaborateurs que l’adepte des sports de contact changea de statut ; que le « sensible aux causes perdues » exprima ce caractère combatif tatoué à même les bras, sous les traits d’un célèbre samouraï et d’une citation d’Albert Camus. Entre celui qui intériorise sans jamais se relâcher et l’épicurien au sang chaud de dix ans son aîné, les affinités et les cheminements semblent se répondre en miroir, sans laisser refléter le décalage de l’âge et ces tempéraments qui s’opposent parfois comme le blanc et le noir.

S’ensuivirent huit années durant lesquelles les deux hommes apprivoisèrent une relation de confiance que les mots et les bas n’étiolèrent pas. Huit années, surtout, durant lesquelles, chaque fois qu’une flèche était décochée, Jean-Charles ne fléchissait pas devant ce « mentor » au management qui ne faisait pas dans le ménagement. Montant dans la hiérarchie comme au capital, prenant peu à peu la main sur la gérance et les dossiers qui étaient jusqu’ici l’apanage de Pascal, l’actuel Président de Poncin Métal refondit l’identité de marque du groupe et renforça le développement commercial. Cette transmission sur la durée donna matière à changer progressivement la perception de celui qui aime que tout soit fait à sa manière.


Extraits : Cclair

Portrait de dirigeant
Des reliefs de Bolivie aux rives du Rhône sur lesquelles il vit, Jose Sallés a cheminé entre les projections d’ingénieur et les besoins des arboriculteurs ; parmi les rêves de grandeur qui l’ont longtemps bercé, il s’est fait un devoir de chahuter les standards. Avant de concevoir la technologie Cclair, qui aide à mieux planifier le pilotage des vergers, le fondateur et dirigeant d’Agriconnect dut donc contrecarrer la logique des probabilités et oser un futur entrepreneurial de l’autre côté du globe. Quand la filière latino-américaine de l’INSA repéra son potentiel précoce et lui proposa de se former à Lyon, ni le manque de moyens ni son inaptitude à parler la langue de Molière ne freinèrent son départ en dehors des frontières.
Après un passage sur les bancs de HEC, Jose affirma sa fibre d’entrepreneur et élabora ses premiers « algos » voués à tirer de précieuses informations à partir de simples photos. S’il signa plusieurs réussites auprès du secteur ferroviaire et des télécoms, ses missions de prospection le guidèrent également vers le marché de la pomme. Une conférence sur les drones et l’agriculture, une rencontre informelle avec une représentante de Duransia, la plus grande coopérative du sud-est de la France, et voilà que Jose s’attela à un défi irréalisable, initialement jeté comme une boutade – « savez-vous compter les fleurs ? »
Portrait personnifié 
Si certains jaugent l’arbre à ses fruits, je l’apprécie surtout pour ses fleurs, que je me plais à compter pendant des heures. Quand le mois d’avril pointe le bout de son nez et que les pommiers bourgeonnent, je sillonne les rangs pendant de longues balades ; là, perché à bonne hauteur, mon regard traverse les ramures et photographie le feuillu sous toutes ses coutures. C’est peu dire que rien ne m’échappe : le monde végétal est pour moi un jeu de luminosité et de saturation, les arbres me confient volontiers les secrets de leur floraison.
Mes équipes, qui tiennent la simplicité pour sophistication suprême, m’ont légué le meilleur d’elles-mêmes. Ainsi, nul besoin de maîtriser les théorèmes pour que mon intelligence s’active : embarqué mais autonome, je roule pour votre pomme en une poignée de manipulations intuitives. Je me configure facilement sur ma robuste tablette ; ergonomique, je suis d’attaque en quelques clics. Quant à mon armature, un simple tour de clef la fixe sur le véhicule ; qu’il soit tracteur, quad ou 4X4, je donne aux champêtres carrosses comme un air de tricératops. Inutile de me démonter après usage, j’ai beau tutoyer les branchages, je sais aussi me faire discret, me faire tout petit : il suffit de me replier pour me protéger des orages et des intempéries.
Il se dit qu’une bonne tête – ou un bon boîtier –, vaut mieux que cent bras : ma fiabilité a été éprouvée autant que mon efficacité. Mais il me fallut œuvrer d’arrache-pied, en voir des vertes et des pas mûres pour en arriver là. Lors de mon prototypage, mon apprentissage de la pomme d’api ne se fit pas sans achopper au passage sur de petits pépins. Je me souviens de ces nuits passées en plein air, de ces myriades de clichés que Jose Sallés, mon concepteur, a pris à la main, de ces heures de calibrage et de tâtonnements qui ont peaufiné mon perfectionnement. Jamais à en démordre, mes développeurs ont vu défiler des bobines de fil à retordre. Aujourd’hui, j’incline peut-être pour les pink lady, les galas, et tant d’autres variétés, hormis les pommes d’amour, il n’est pas de fruit qui me soit défendu. Vergers de poires, de kiwis, d’abricots, de noix ou encore de cerises, il se pourrait bien qu’à l’avenir, j’y déploie également toute mon expertise.


Extraits : MAPED

Écrits coutures

La souplesse d’une règle
Il paraît que c’est l’exception qui confirme la règle. Face à une Twist’n Flex, tout Mapédien pourrait s’interroger : une règle doit-elle être droite ou tendre vers la flexibilité ? Est-elle pensée pour être rigide ou se contorsionner, pour instaurer l’obéissance ou faire preuve de souplesse en questionnant les limites et le sens ? Sa transparence autorise-t-elle à jouer avec, à détendre les positions, à faire que chacun adapte ses règles de conduite à sa façon ? Tour à tour antisèche ou catapulte, la règle rappelle ce penchant cher à l’enfance, à vouloir faire comme les grands mais pas comme les adultes. Force est d’admettre que les règles dépendent de l’enjeu : dans une moindre mesure, il s’agit de trouver le juste milieu. L’on peut être obligeant sans se sentir obligé, l’on peut être exigeant en étant affable et bienveillant. Qui a encore envie de se faire taper sur les doigts, juste pour que cela file droit ? Une fable contait déjà les vertus de la plasticité : ce qui plie ne rompt pas.

Les vertus d’une gomme
Ronde, blanche ou colorée, en forme de parallélépipède ou d’animal à pieds palmés, si la gomme ne se tient jamais loin du crayon, c’est bien que recommencer est le propre de l’innovation. Plutôt que de l’utiliser, l’on pourrait se contenter de rayer à l’infini, mais puisqu’une gomme s’érode dès qu’elle se frotte au papier, c’est comme si elle refusait que l’on puisse faire fausse route indéfiniment. Il est humain de se tromper, d’avoir conscience de ses limites, le tout est de s’assurer que la gomme ne s’use pas plus vite que le crayon. Car à chaque fois que la paume donne un coup sec et mesuré, à chaque fois que le souffle repousse les pelures sur le côté, un enseignement indélébile imprègne le brouillon : l’on ne repart pas de zéro, les yeux fermés, mais bien sur un socle de réflexions chaque fois alimenté.

L’adaptabilité du compas
Compagnon de la première heure des astronomes, des cartographes et des explorateurs, il est des symboles que peut revêtir le compas, dont les premiers exemplaires en laiton remontent jusqu’aux origines de Maped. Il s’inscrit dans nos valeurs comme dans notre histoire, et s’il accepte de ne pas tout savoir, il est cette boussole qui montre la voie, toujours à la pointe lorsqu’il s’agit de concevoir. Dans une ère où le management est une question centrale, quand le compas délimite des cercles vertueux autour de son axe, il prouve que l’équité préside à tout. Si l’on ne peut incliner l’une de ses jambes sans que l’autre ne se déplace selon le même degré, c’est bien que l’autonomie dépend de l’adaptabilité. Il faudra toujours que la première branche pique un point précis pour que la seconde brosse des ronds à l’envi. Et à trop les éloigner, l’instrument se met à plat, incapable de tracer quoi que ce soit !

De la mission d’entreprise à la vision du management
Que vous soyez technicien, as de la conception, prem’s au support ou sur la ligne de production ; que vous soyez la turbulente, le résistant, le petit malin aux récits truculents, la timide du fond, l’éternel retardataire, l’attentif toujours partant pour aider, que vous soyez manager ou managé, adepte des initiatives verticales, transversales ou horizontales ; celui qui trouve tout génial ou qui doute de l’intérêt d’une telle évolution managériale, celle qui prône l’exemplarité, la méritocratie, l’autorité ou même l’entreprise libérée, celui qui se projette – persuadé que le changement se concrétisera –, ou celle qui ne croit que ce qu’elle voit : chacun chez Maped peut contribuer à l’avancée Technique, Humaine, Entrepreneuriale ou Organisationnelle, au renouvellement du management qu’il soit hiérarchique ou fonctionnel. Qu’importent le caractère, la couleur du col, le diplôme ou l’école, qu’importent les facultés, le métier, le niveau d’ancienneté, dès aujourd’hui et pour demain, la transformation managériale est entre vos mains.

Ode à la créativité
Pour redessiner le monde, établissez un cahier des charges, mais avant d’en remplir les pages, autorisez-vous à griffonner dans les marges. Notez tout ce qu’il vous passe par la tête : des mots à la queue leu leu, des remarques que vous pensiez bêtes, des adages, des idées qui ne sont pas à l’abri de compter dans le prochain virage. On se fiche du prétexte ou du motif, ce n’est pas en restant sage que l’on devient audacieux et créatif ! Créatif, comme à l’âge où il était valorisé de lever la main pour participer, à l’âge des cartables et des craies ; audacieux, quand de la pointe d’un crayon indomptable, vous barbouilliez déjà au-delà des traits pour réinventer votre rapport à autrui. Vous vous plaisez aujourd’hui à transformer, crobarder, raturer, effacer, puis à refaire, loin des courants et au plus près des rêves d’enfant. Pour en remonter le flot : foncez tout droit, en pas chassés, en pas de travers, puis recommencez encore une fois, mais à l’envers.


Extraits : VIVLIO

Portrait de collaborateur, Johan 

Le jeune garçon qui rédigeait ses premières instructions en langage BASIC sur l’antique Thomson MO5 parental, le collégien qui reproduisait des briques de Lego en trois dimensions, et bidouillait sa calculatrice pour en faire une console de fortune, ont sans surprise laissé place à l’étudiant studieux de l’INSA. Johan alimenta très tôt son imagination, par les robots d’Asimov et autres Honor Harrington, par les vaisseaux spatiaux et les paradigmes spéciaux. Mais à son firmament littéraire se déversent les épices de Dune, cet univers tentaculaire dont il arpenta les sables à en perdre pied, des livres papier aux jeux de stratégie épiques, en passant par le premier titre, une aventure en point and click.

Portrait de collaboratrice, Lucile

Fervente littéraire passée par les classes préparatoires hypokhâgne, autrefois membre du jury du prix d’un magazine féminin, Lucile cultive des goûts éclectiques ; s’ils ne s’amoncellent pas dans quelques recoins, c’est dans son imposante bibliothèque que les albums jeunesse côtoient les grands classiques, les ouvrages de fantasy, les romans graphiques, les guides touristiques, sans oublier les BD féministes. Lucile a beau être enivrée par l’odeur de l’imprimé, elle a pu trouver dans la liseuse Vivlio un support privilégié pour sa passion et s’en fait volontiers l’ambassadrice. Si par moments, entre les embruns du papier et le confort du numérique, son cœur balance comme un pendule, Lucile a tout d’une funambule, ou presque – qu’importe le flacon, pourvu qu’il soit livresque !

Portrait de collaborateur, Damien 

Titulaire, à l’origine, d’un Master Ingénieur spécialité Traitement du signal, c’est dans la sphère musicale, en tant que guitariste, que Damien tenta de distiller ses arpèges. Il avait beau arpenter les estrades avec son groupe semi-pro, malgré la puissance de ses riffs et la stridence de ses larsens, l’ancien élève de l’École Centrale de Nantes opta finalement pour d’autres scènes. Chemin faisant, il s’arrima quelques années à son poste de chef de projet dans une plateforme multimédia, avant que ses responsabilités n’évoluent, « basculent » à celles de Product owner. Découvrant peu à peu le véritable potentiel de ce métier pour le moins inhabituel, et puisqu’il est de ceux pour qui l’imprévu fait le sel de l’existence, c’était précisément pour en retrouver la saveur que Damien tenta sa chance ailleurs. À peine eut-il démissionné de son ancien travail dans la capitale, à peine fut-il en disponibilité sur le marché de l’emploi, qu’un chasseur de têtes au nez creux saisit combien son profil conviendrait à Vivlio. Ses comptes à sec, un sac et son chat comme compagnons de voyage, Damien brûla ses derniers vaisseaux, et débarqua « un peu à l’arrache » sur les quais de Perrache.

Portrait de collaborateur, Jérôme 

Cet Auvergnat, qui sans façon, puise dans l’effort sportif une partie de cet entrain, des terrains de rugby, où il se défoulait naguère, aux eaux lacustres qu’il transperce de son wakeboard, maintient en ligne de mire l’ivresse des podiums. S’il ne se revendique pas forcément grand lecteur devant l’éternel, bien qu’épris d’histoire française ou de civilisations gréco-romaines, ce sont surtout les contours de la saga Star Wars que Jérôme se plaît à éplucher sous toutes les coutures, les films, bien sûr, sans omettre la littérature. Ainsi, quand il ne vagabonde pas dans les environs de Tatooine en compagnie d’Obi-Wan et de Han Solo, c’est en mode hyperespace que Jérôme turbine au sein de la galaxie Vivlio. Conscient de la force qui est en lui, au credo de maître Yoda, l’intrépide padawan transiger ne saurait – fais-le ou ne le fais pas, mais il n’y a pas d’essai.

Portrait de collaborateur, Rémi

Quand il ne se lance pas à l’assaut des GAFA avec un entrain digne d’un Don Quichotte, ce Gone pur et dur se glisse volontiers dans ce rôle de trouble-fête venant chambouler le marché livresque, balançant le pied dans une fourmilière pétrie depuis belle lurette de manières et de ronds de serviette. Ni poète ni rat de bibliothèque, Rémi confesse d’ailleurs une appétence perfectible pour les belles lettres. Tout « nano lecteur » qu’il s’estime, versant davantage dans les aspérités du codage que dans le tourbillon des rimes, Rémi s’amuse à colorer les conversations de l’un de ses adages, d’un bon mot baroque perdu dans les âges.


Extraits : Atelier Martin Berger

Portrait iconique de l’Atelier Martin Berger

Combiner des matériaux souples ou rigides pour obtenir la densité voulue, insérer des minéraux, facetter l’éclat des cristaux ; perfectionner la rugosité, la granularité ; rechercher un premier rendu mat, un second diapré – au sein de l’Atelier Martin Berger, la table des matières accueille un banquet d’approches nacrées, sombres, de jeux de lumières ou encore d’ombres. C’est ici que les terres, les sables, la chaux et les autres agrégats donnent de savants mélanges. Ici que les enlevés de textiles et les papiers plus lisses se superposent, que les pigments et les nuances se dosent.

Lui, directeur artistique, aiguise son expression, cette façon de positionner le geste dans l’espace afin qu’il se distingue en véritable signature ; elle, directrice générale, planifiait déjà, structurait, actionnait tous les rouages pour que l’entreprise se développe. Elle a une force de propulsion, conjugue le flair au culot, s’imprègne des tendances et voit haut ; il a un temps de filtration, solidifie son esprit d’exploration en un laboratoire, exprime une nouvelle conviction quant au décor contemporain de très haute facture.

En pénétrant dans l’Atelier Martin Berger, dans ces lieux d’énergie et de maîtrise, vous verrez les pièces d’exception en cours, ainsi que le visage concentré des expérimentateurs qui prennent le temps de s’essayer à un ajout d’iridescence dans les composés, de pousser un peu plus loin les équilibres de texture. Vous remarquerez ces ustensiles un tantinet incongrus pour le profane : des brosses dont certaines rivalisent avec les perches olympiques, des creusets, des fouets de cuisine et d’autres instruments qu’il serait impossible de nommer, puisque c’est ici qu’ils sont nés.

Approchez-vous des réalisations, et vous comprendrez qu’à l’Atelier Martin Berger, en sus des processus, ce qui se transmet sans conteste, c’est avant tout le geste. Rationnalisé, chorégraphié et orienté par Ariane, qui capte l’intention du client et la change en histoire ; transformé par l’équipe, ce geste circule entre Martin, les chefs de projet, les chefs d’atelier, et tous les talents qui vont l’inscrire à leur tour. Ce geste est répété, débattu, modulé, révisé ; il se passe de main en main, trace une œuvre collective sur la marqueterie géante et mobile. Ce geste n’a qu’une demi-heure pour s’imprimer dans la matière, avant qu’elle ne se fige, qu’il soit à refaire. Ici, l’ensemble des équipes s’engage dans une cohésion au-delà de la technique, s’approprie, interprète cette écriture pour la rendre palpable. Une performance d’endurance artistique, un supplément qui explique pourquoi les décors de l’Atelier Martin Berger sont tous uniques ; s’ils savent prendre vie, c’est que chacun y a déposé un fragment de la sienne.

Portrait de l’artiste Martin Berger 

Celui qui chinait des week-ends entiers avec sa mère devint ensuite cet étudiant de l’École du Louvre ; l’un des plus grands musées du monde offrit un cadre où se passionner pour l’histoire de l’art, cultiver ses références. Rothko, Paik et Chagall bien sûr, mais aussi les affichistes des années vingt, Bosch le surréaliste avant l’heure, Munch et son cri suscitant la stupeur. Une première carrière en tant qu’antiquaire paracheva cet « œil qui se balade partout pour dénicher », mais une rencontre opportune amène Martin à « passer de la poussière à la lumière », de l’observation à ses propres façons. Face au mur, il ne savait pas encore qu’il avait son futur en ligne de mire, et sa science du mouvement devait surgir.

Quel que soit le sujet, il se plongera avec la même assiduité tout au fond de cette préparation minutieuse qui lui fait réorganiser son espace, répéter, ordonnancer en amont chaque élément avec un souci effleurant l’obsession. Et tout recommencera entre les carnets, les ébauches, le fil des idées sur lequel l’artiste court sans le rompre, dans « le temps de la rêverie », le silence qui précède la fulgurance.