La Maison Trafalgar photographie le Comité de Direction du groupe Apsys !

Découvrez le retour en images sur une journée passée aux côtés du Comité de Direction du groupe Apsys !

Nous vous dévoilons une partie de ce beau shooting photographique et remercions Apsys pour la confiance accordée à nos équipes.


Le Presse Papier : un écrit couture ciselé pour un artisan créateur, éditeur et fabricant de Papier Peint & de Textile de collection

En sollicitant un écrit élevé et élégant, à même de rendre grâce à l’atypicité de ce savoir-faire d’exception, Sébastien Barcet, le dirigeant de l’atelier lyonnais Le Presse Papier, souhaitait une signature textuelle à l’image de ses papiers peints. Notre Maison a ciselé pour ce faire un écrit couture tout en préciosité et en excellence, dans lequel passé et présent se mêlent harmonieusement. Dans cet atelier où la chromatique tient autant pour gamme que pour dogme, c’est un illustre ballet qui s’anime au quotidien : Le Corbusier côtoie Klimt et Bergman, Manet déjeune avec Matisse, William Morris, Monet et Gauguin, Tati taquine Godard ou encore Gaudi. Mais qu’il s’agisse de rééditions ou de créations originales, si ces appellations semblent surgir de plusieurs territoires en fragments épars, lorsqu’elles embellissent un mur après s’être lovées dans le livre d’échantillons, elles racontent toujours la même histoire, mais chacune à sa façon.


Portrait personnifié du robot, pack de tribunes, manifeste Cclair, témoignages de l’équipe, Portrait du dirigeant : la référence de l’arboriculture choisit la signature Trafalgar !

Il venait de recevoir le Trophée de la TPE de l’année, et la Maison Trafalgar celui du meilleur Espoir ; depuis sa rencontre avec Bérengère Wolff, à la Fête de l’entreprise, il a « jalousement » gardé sa carte de visite, attendant le moment opportun pour nous solliciter. Et quand Jose Sallés, le Directeur général d’Agriconnect, jugea l’instant propice, c’est la rédaction de tout un panel d’écrits qu’il confia à notre équipe. Son Portrait de dirigeant, qui revient sur l’histoire de ce jeune ingénieur bolivien parti de rien, mais déterminé à penser l’arboriculture du futur ; la présentation originale de la solution Cclair et son pendant physique : le Système embarqué d’acquisition. Un outil novateur pour les pomiculteurs que seul un Portrait personnifié du robot eût été à même d’affubler d’un véritable tempérament. Un triptyque d’écrits aspirationnels, un pack de dix tribunes, un Manifeste engagé, capable d’exprimer tout cet esprit d’innovation, ainsi qu’une galerie de témoignages de chaque membre qui compose l’équipe Cclair : autant de gages d’expertise, et de preuves d’adhésion aux valeurs prônées par la société Agriconnect.


En complément de l'écrit, Trafalgar réalise les déclinaisons audio du Portrait iconique de marque Lafuma Mobilier !

Afin d’envelopper les visiteurs de son musée d’Anneyron dans un cocon sonore, Lafuma Mobilier a choisi de nous confier la réalisation de deux déclinaisons audio – francophone et anglophone – du Portrait iconique de marque déjà rédigé par les équipes de notre Maison. Après l’adaptation du texte, sa distribution à trois comédiens, un travail préalable d’interprétation, six heures d’enregistrement en studio, et deux journées dédiées à l’esthétisation de l’audio grâce au travail des Sound-designers de l’atelier de création sonore Nuits Noires, le Portrait de marque de Lafuma Mobilier se dote de nouvelles ailes, et se déploie désormais dans l’air. Merci aux équipes de Lafuma Mobilier et à son dirigeant de nous permettre de produire et de faire entendre ce Portrait sous la forme d’un bel objet acoustique, à même de parler à l’oreille de ses collaborateurs, partenaires et clients !


Reportage photographique Pothier Productions. Le groupe Poncin Métal renouvelle sa confiance envers notre Maison ! 

Après le Portrait croisé, en mots et en images, de son Président Jean-Charles Valet, et de son prédécesseur Pascal Mortreuil, le groupe Poncin Métal a souhaité nous confier le reportage photographique de l’une de ses entités : Pothier Productions. Réalisé in situ durant une journée complète, ce reportage tient sa promesse de plonger dans le décor industriel de l’usine et le quotidien des équipes qui y œuvrent ; des photographies qui soulignent ici les reliefs et la force des matières, distinguent là les gestes, les techniques et les métiers qui se trouvent au cœur de l’activité. Merci à notre client pour sa confiance renouvelée et pour cette belle aventure qu’il nous permet de vivre à ses côtés et aux côtés des talents de l’entreprise. 


Écrits et photographies. Le groupe Maped fait à nouveau appel à la Maison Trafalgar pour photographier les membres de son comité de direction !

Dans la continuité d’une première collaboration avec notre Maison, dédiée au sujet de la transformation managériale et à l’écriture d’un livre blanc inventif, le groupe Maped, leader mondial des fournitures scolaires et de bureau, a souhaité nous confier les Portraits photographiques de son comité de direction. L’occasion d’installer un studio éphémère au siège annécien afin de réaliser de beaux Portraits d’intention en noir et blanc, et de réunir la deuxième et la troisième génération du groupe Maped ! Merci à Antoine, Romain et Jacques Lacroix pour leur confiance, ainsi qu’à tous les membres du comité de direction.


La Maison Trafalgar signe le Manifeste et le Portrait iconique de la marque Lafuma Mobilier !

Marque iconique du savoir-faire français, son Dirigeant Arnaud du Mesnil a souhaité que Lafuma Mobilier se dote d’un Portrait à la hauteur de ses engagements. Notre Maison a été sollicitée pour unifier une histoire riche d’innovations, et qui, depuis sa genèse, reste fidèle à la commune d’Anneyron. Si la rétrospective de cette aventure entrepreneuriale a été nourrie par le précieux témoignage de Jean Lafuma, membre de la famille fondatrice, ce Portrait s’est aussi appuyé sur la réflexion de son Directeur général, de son Directeur marketing et collections, puis de son Responsable développement produits. Fibre industrielle, audace technique, implications sociales et environnementales sont autant de socles de cette réalisation, qui fait la part belle aux différentes étapes menant des ateliers de fabrication, tout d’acier et de toile, aux intérieurs de la clientèle Lafuma Mobilier. Il a également été confié à notre Maison l’écriture d’un Manifeste dédié au bien-être et à la durabilité – deux vertus cardinales qui s’expriment à la fois dans la conception même du mobilier, et dans les actions concrètes de l’entreprise.

Extraits du Portrait iconique Lafuma Mobilier :

Dans les années trente, trois frères conjuguèrent leur ingéniosité et commencèrent leur affaire avec le sac tyrolien. L’intégration des armatures a permis de suivre l’arrivée des congés payés et l’expansion du tourisme pédestre. Puis ce fut l’avènement du « septième jour », qui amena tant de campeurs et de flâneurs endimanchés sur les routes. Les partenaires de la marque appréciant l’excellence des matières et ses manières de faire, ils lui posèrent le défi de répondre à une habitude qui se dessine : élaborer du mobilier tenant dans le coffre d’une Renault Dauphine. Si cet esprit d’aventure et d’audace a d’abord fait loi, en 1954, voilà que Lafuma Mobilier est créée pour répondre aux attentes de consommateurs en quête de praticité et de fiabilité. Cette idée d’avant-garde devint synonyme d’une marque de liberté, qui a saisi l’essor des loisirs. D’innombrables familles purent alors baguenauder à Deauville, ou tirer l’escapade jusqu’à Saint-Tropez par la mythique Nationale 7, et profiter des réjouissances des années soixante. C’était l’époque où Belmondo trônait de tout son flegme sur l’un de nos fauteuils Dagobert, où la couleur « bronze or » distinguait Lafuma Mobilier des concurrents dans la mise au vert ; c’était l’époque de toutes les conquêtes, jusque sur la Lune, l’époque où Miss France était l’égérie d’une marque tricolore qui s’affirmait déjà dans l’imaginaire populaire.

Derrière le mobilier que vous voyez, et le Label Origine France Garantie, l’on ne saurait manquer de sentir l’implication émotionnelle présente partout, dans les deux sites de production et de conception, dans les six ateliers constituant une fresque complète de métiers. Après y avoir pénétré, quelques pas suffisent pour découvrir ces couturières appliquées à leur ouvrage de haute précision et à la finition des ourlets, ces soudeurs concentrés sur leurs opérations de suture, ces collaborateurs qui millimètrent le fixage des balancelles deux par deux, et ceux qui équilibrent la ouate, la mousse, convaincus qu’on ne fait pas meilleur instrument que les comparses du pouce. Ceux-là qui nous rappellent que les capteurs de sécurité et le digital ne remplacent ni la vigilance, ni la main, ni le cœur. Chez Lafuma Mobilier vous pouvez aussi rencontrer ceux qui découpent l’acier et l’aluminium, les écrasent, les cambrent, les poinçonnent ; ceux qui les nettoient, les poudrent, les passent au four ; ceux qui les emboutissent pour que chaque pièce aboutisse.

Extrait du Manifeste :

Fière de son histoire qui a su durer, et de son développement durable,

Lafuma Mobilier a très tôt questionné, contesté la culture du jetable.

Outre l’association du tube et de la toile, duo que rien ne remplace,

L’écologie s’est inscrite dans les gènes, elle y tient toute sa place.

La durabilité est dans l’acier, mais aussi dans d’autres matières grises :

Ce sont plusieurs générations de talents fidèles à notre entreprise

Qui nous ont permis d’élaborer des techniques respectueuses,

D’économiser les matières, de promouvoir une alchimie vertueuse.


Passation. La Maison Trafalgar réalise le Portrait croisé du président de Poncin Métal, et de son prédécesseur

En confiant leur Portrait croisé à notre Maison, Jean-Charles Valet, président de Poncin Métal, a tenu à ancrer sa vision de l’entreprise tout en rendant hommage aux années de travail et d’investissement de Pascal Mortreuil, son prédécesseur. De leur attachement commun au continent africain à leur parcours entrepreneurial, en passant par leurs personnalités qui parfois les dissocient mais souvent les réunissent, ce récit entrelace tout ce que les deux présidents successifs de Poncin Métal ont apporté pour construire, et parfois reconstruire, cette réussite industrielle française. Ces deux cheminements impriment en creux tout ce qui fait la singularité du groupe au sein de son secteur. Une conception iconoclaste de la métallurgie et ce désir d’être toujours là où on ne l’attend pas.

Extraits du Portrait croisé :

Fidèle à sa propension de tailler un avenir aux larges proportions, Jean-Charles lança des chantiers d’envergure sitôt qu’il prit officiellement les rênes de Poncin Métal ; avec un rachat en pleine crise sanitaire, il brava un timing que d’aucuns jugeraient intimidant. Aux côtés des plieurs, du BE et des deviseurs, soutenu par l’engagement des monteurs-soudeurs, des laséristes et autres directeurs de site, c’est en emmenant avec lui tous les collaborateurs que l’adepte des sports de contact changea de statut ; que le « sensible aux causes perdues » exprima ce caractère combatif tatoué à même les bras, sous les traits d’un célèbre samouraï et d’une citation d’Albert Camus. Entre celui qui intériorise sans jamais se relâcher et l’épicurien au sang chaud de dix ans son aîné, les affinités et les cheminements semblent se répondre en miroir, sans laisser refléter le décalage de l’âge et ces tempéraments qui s’opposent parfois comme le blanc et le noir. 

S’ensuivirent huit années durant lesquelles les deux hommes apprivoisèrent une relation de confiance que les mots et les bas n’étiolèrent pas. Huit années, surtout, durant lesquelles, chaque fois qu’une flèche était décochée, Jean-Charles ne fléchissait pas devant ce « mentor » au management qui ne faisait pas dans le ménagement. Montant dans la hiérarchie comme au capital, prenant peu à peu la main sur la gérance et les dossiers qui étaient jusqu’ici l’apanage de Pascal, l’actuel Président de Poncin Métal refondit l’identité de marque du groupe et renforça le développement commercial. Cette transmission sur la durée donna matière à changer progressivement la perception de celui qui aime que tout soit fait à sa manière. 

 


Écrits couture et viticulture. En Alsace, le Domaine Schoepfer choisit la Maison Trafalgar

La refonte du site internet de l’entreprise fut l’occasion pour la Maison Trafalgar, de faire vagabonder sa plume en Alsace, et plus précisément à Eguisheim, sublime petite bourgade médiévale, où se niche en son centre le Domaine Schoepfer. Vincent, dirigeant et représentant de la quinzième génération, ainsi qu’Étienne, son second d’exploitation, avaient à cœur de soigner la rédaction de cette histoire familiale, et de présenter leur philosophie de vigneron, autant que les coulisses de leur savoir-faire séculaire.

Jetzt geht’s los ! 

Retour client d’Etienne E., second d’exploitation :

« Trafalgar nous a offert une expérience unique et riche en émotions. Tout au long du projet, l’équipe s’est montrée à notre écoute et très impliquée pour cerner à la fois nos besoins, la philosophie de notre exploitation et la fibre familiale de notre histoire. Le résultat surpasse nos attentes. Bien loin des standards, les textes sont justes, profonds et harmonieux. Comme quoi l’écriture est aussi capable de sublimer l’agriculture. »

Extraits des trois Écrits couture : 

Notre histoire

Dans le sillage de ses parents Michel et Marguerite – la belle fleur des champs –, c’est à Vincent, le représentant de la quinzième génération Schoepfer, qu’échoit à présent la perpétuation de l’excellence de ce savoir-faire. Et c’est peu dire qu’une enfance buissonnière passée avec eux, au milieu des treilles, surclasse toutes les grandes écoles en termes de bons conseils. C’est là que son grand-père Alphonse lui enseigna aussi cette philosophie viticole et les subtilités d’un geste auguste, sculptant la vigne au plus juste.

Notre domaine 

Baignant au milieu des effluves d’acacias, de châtaigniers, de mousse et de sous-bois, se déploie notre vignoble sur une douzaine d’hectares. Véritable mosaïque d’une quarantaine de lots épars, exposés au sud-est pour la plupart, certaines parcelles demeurent peu domptées par la main de l’Homme : chez nous, c’est souvent la nature qui dicte ses dogmes. Dans cette riche variété géologique, sous l’égide d’un microclimat qui motiva la culture de la vigne depuis la Rome antique, s’épanouissent nos sept cépages sur nos deux grands crus : le pfersigberg – « la colline aux pêchers » –, et le eichberg, – « la colline aux chênes ».

Notre savoir-faire 

Quand sonne l’heure des vendanges, c’est à la manière des anciens, avec nos bras pour seules mécaniques, que nous récoltons le raisin, concentré et unique. S’ensuit dès lors notre travail au chai pour une composition délicate et méticuleuse ; c’est au sein d’une cave séculaire, aux conditions idéales, que le jus des grappes s’agrippe au prochain sarment de son histoire vineuse. Maturant en cuve ou dans des fûts en bois de chêne, il s’enrobe peu à peu de cette structure tannique, forge sa substance tout en équilibre et en harmonie. Entre la passion que l’on embrasse et le temps qui passe sans hâte, se révèlent des nectars qui nous ressemblent, et pour peu que l’on contemple la grâce de leur robe, c’est toute l’Alsace qui s’y miroite.


Vivlio célèbre ses 10 ans et choisit Trafalgar pour mettre à l’honneur ses équipes  

En confiant à la Maison Trafalgar la réalisation d’une galerie de Portraits écrits et photographiques des membres de leurs équipes, Guillaume Decitre et David Dupré, Président et Directeur général de la start-up française Vivlio, ont souhaité mettre à l’honneur ces talents aux profils hybrides, évoluant aussi bien dans la sphère littéraire que dans les nouvelles technologies. De la Responsable communication et marketing à la Responsable contenus et services, du Développeur en passant par le Product owner, le Directeur R&D ou encore le Sales manager, tous ont pu revenir sur ce riche quotidien qui a forgé l’avant-gardisme de l’entreprise lyonnaise sur le marché du livre électronique. Un terrain sur lequel elle a su se distinguer tant par son ADN de libraire que par l’excellence de ses solutions numériques !