Togo. Pour les 50 ans de son mythique canapé, Ligne Roset s’entoure de la Maison Trafalgar !

Reconnue pour son savoir-faire unique dans le domaine du mobilier haut de gamme, la marque Ligne Roset a sollicité l’expertise de notre Maison d’écriture haute couture pour créer de toutes pièces la narration dédiée au film anniversaire du Togo. Afin de célébrer cette icône du design, née en 1973 et vendue dans le monde entier, Trafalgar a choisi de rapprocher la notion de voyage aux pérégrinations d’une vie. De la création complète du fil narratif à la direction de la voix, finement sélectionnée par nos soins, en passant par la gestion du rythme ou encore celle de l’atmosphère sonore, nous sommes fiers de l’appréciation pleine et entière des équipes Ligne Roset, mais aussi honorés d’avoir pu déployer notre signature pour un fleuron du patrimoine artisanal français. Un groupe familial installé dans l’Ain et qui, depuis sa création, a vu se succéder cinq générations. 

Extraits de la narration :

Peut-être que ce rêve commence là où nous quittons les routes toutes tracées. Ce ne sont pas les mêmes paysages, pas les mêmes sons, ni le même vent, mais il est un compagnon quel que soit le chemin, qui répond toujours présent. Ce parallèle m’apparaît à chaque fois plus clairement : nous avons encore des sommets à gravir, à notre manière, et face à toutes les décisions à prendre, tous les choix à faire, face à l’immensité des possibles qui se présentent devant moi, mon réconfort, c’est aussi de pouvoir compter sur toi. Sans doute est-ce plus qu’un attachement émotionnel, plus qu’un lien symbolique : c’est un rêve récurrent. Un rêve enveloppant, qui prouve que notre relation traverse le temps.

Je sais qu’il est des histoires faites pour durer. Je sais que tu en as accompagné bien d’autres. J’imagine que ces histoires pourraient rejoindre la nôtre. Je ne suis peut-être pas le seul à franchir les rives, et c’est peut-être l’endroit où se réunissent les rêves. Cette distance à parcourir ensemble, un foyer, un horizon qui pourrait encore s’agrandir. Tout cela, je l’accueille avec sérénité en sachant que tu serais là, pour chacun d’entre eux, comme tu l’as été pour moi.

Je ne suis pas le seul à faire ce rêve. Ce rêve n’est pas le premier ; il ne sera pas le dernier. Peut-être qu’il recommence à chaque fois que je crois ma route toute tracée. Mais peu importe que ce ne soient pas ces paysages, ces sons et ce vent, je le sais pertinemment, pour avoir fait ce rêve si souvent ; quel que soit le chemin, Togo est le compagnon qui répondra toujours présent.


Decathlon. Le leader mondial du sport confie à Trafalgar les Portraits écrits de ses produits iconiques !

Au sein de la grande famille Decathlon, certains produits ont particulièrement marqué leur époque : la Tente 2 Seconds qui se déploie toute seule, le masque de snorkeling Easybreath ou encore le filet de ping pong amovible Rollnet. Afin d’inscrire ces différentes histoires d’innovation tout en permettant aux archives d’ouvrir une nouvelle voie, la célèbre enseigne sportive a choisi la Maison Trafalgar pour que ces produits emblématiques puissent donner de la voix. Et pas n’importe laquelle ! Tout en finesse et espièglerie, notre équipe s’est attachée à les caractériser, à les personnifier, à insuffler à chacun d’entre eux une personnalité fidèle à son vocabulaire, à ses usages, à ses manies, à ses trophées et à sa technicité. Un grand merci aux équipes Decathlon pour leur confiance ! 

Extraits des Portraits produits :

Tente 2 Seconds

À flanc de colline, dans les festivals en plein air ou au bord d’un lac, sous la chaleur de l’été ou la rudesse de l’hiver, je trône en reine incontestée des campings et des bivouacs. Je n’ai plus rien à prouver puisque j’incarne un rêve abouti, celui d’une tente se déployant toute seule, comme on lancerait un frisbee. Aboutissement d’un processus éprouvé, il fallut des mois pour qu’en deux secondes et quelques sardines à peine, je prenne mes aises auprès des plus classiques canadiennes. Ma saga s’amorça en marge du développement produit, sur la lubie d’un collaborateur Quechua, un bricoleur de génie né sous une tente de touareg, dans le Sahara. (…) Je ne compte plus les rouleaux tissus qui m’ont drapée pour me donner forme, les kilomètres de scotch qui m’ont enturbannée, et tous les « tac-tac » des agrafeuses qu’il a fallu pour me rapiécer. Je ne compte plus les excursions en pleine nature que j’ai eu le plaisir de vivre pour affronter la force des éléments dans toutes mes coutures. Vous auriez du mal à le croire aujourd’hui, mais je m’ouvrais encore difficilement et je ne tenais pas en place. Après de longues séances de remue-méninges, je me suis élancée sans relâche jusqu’à ce changement qui me fit gagner en souplesse – depuis, je suis traversée par deux arceaux en fibre de verre qui ont la forme d’un huit, agissent comme des ressorts, se détendent quand on me projette. Mon assise ainsi stabilisée, je me livrais ensuite à des épreuves de haute volée ! Je me souviens de ces séances en laboratoire high tech, à voir mon double toit enduit soumis aux pluies torrentielles et toujours rester au sec, mes atours exposés à des soleils artificiels, mon armature vibrer sous la puissance du vent.”

Easybreath

“Si de nombreuses inventions sont à couper le souffle, de mon côté, je l’optimise. C’est le sens d’une mission dans laquelle je m’immerge complètement : beaucoup de personnes peinent à utiliser un tuba, un constat plutôt terre à terre qui revenait souvent aux oreilles des expertes et des experts de chez Subea. Je l’avoue, je représente un certain standing – en évitant de boire la tasse ou d’avoir la sensation d’étouffer, j’ai révolutionné la pratique du snorkeling. (…) Pour que je puisse évoluer en toute prudence avec les tortues et les raies manta, j’ai traversé un long cheminement qui ne laissa rien au hasard ; et à chaque fois que je passais avec succès l’une de mes six grandes phases de prototypage, je me découvrais de nouvelles aptitudes, un autre visage. Mais j’ai dû bûcher dur pour surmonter les embûches, j’ai dû aplatir la courbure de ma vitre afin d’empêcher les nausées, me doter d’un astucieux dispositif de ventilation pour résorber la buée. Phase après phase, je gagnais en étanchéité, munissais mon tuba d’un système dry-top et de son clapet, élargissais mon champ de vision à 180 degrés.”

Rollnet

“​​Avant que je ne vienne égayer les surfaces en leur donnant un peu de relief, il fallut compter sur la fulgurance d’un vendeur du rayon pêche, et sa suggestion glissée dans une boîte à idées. Dès qu’il eut évoqué en interne ce filet nomade et universel, les spécialistes d’Artengo s’en saisirent sur-le-champ. À leur manière, j’ai pris la détente très au sérieux. Avant que je ne sois ce bon copain qui déroule autant les missiles que les tirs raffinés et autres caviars, il y eut de nombreuses réunions animées pour me mettre au point. J’ai le tournis en repensant à toutes les ébauches, aux multitudes de pièces pour ajuster mon puzzle, aux axes, aux capuchons, aux patins. Tous ces tâtonnements pour me faire gagner en robustesse, et me permettre surtout de filer droit. À ce moment-là, j’avais encore tendance à gondoler, et c’est sûrement pour cela que les réunions de mon équipe projet étaient parfois tendues. Trois années de développement plus tard, je disposais enfin de mes coques arrondies en thermoplastique moulé par injection, encapsulant un astucieux système d’enrouleurs, de ressorts et de fixations. (…) Finalement, même si je me suis complété au fur et à mesure de mes collections, j’ai gardé cette simplicité qui justifie que j’existe : qu’importe où je me clipse, avec moi, c’est l’occasion qui fait les pongistes.”


Ambassade de France à Pretoria. Pour son départ à la retraite, Bruno Asseray, diplomate au Service de Coopération et d’Action Culturelle, se voit offrir l’expérience du Portrait Trafalgar !

En traversant les décennies et les frontières au service de la diplomatie française, Bruno Asseray a marqué nombre de ses collègues par son affabilité et son engagement sans faille. À commencer par son équipe en Afrique du Sud, qui a tenu à le remercier en lui offrant un cadeau de départ à la retraite particulier : une invitation à se rendre dans la Maison Trafalgar pour confectionner un Portrait écrit et photographique à la mesure de ses accomplissements. Notre Maison s’est attachée à ancrer dans un récit aussi émotionnel que vivant le parcours foisonnant de celui qui a atteint le plus haut niveau du dispositif diplomatique français, et surtout côtoyé les milieux artistiques, politiques et économiques de neuf pays dispersés sur trois continents. Son Portrait écrit a su tenir sa promesse de ne rien omettre de ce professionnel qui tient le service public en haute estime, de ce passionné de photographie et d’opéra, ou de ce voyageur invétéré devenu père, puis grand-père ; la Maison Trafalgar a mis tout son coeur et l’énergie de son savoir-faire dans cette réalisation qui a définitivement su toucher l’homme derrière la fonction. 

Extraits de son Portrait : 

« Dans ses cantines emplies de quelques milliers de photographies argentiques, Bruno a de quoi se replonger instantanément dans sa carrière passée en transit. Il suffit de redécouvrir les clichés encore en vrac, et les étendues désertiques reviennent en ressac, tout comme ces paysages à la nature démentielle ou ces villes qui se plaisent à tutoyer le ciel. Des images promptes, aussi, à réveiller l’excitation de ses premiers pas sur le tarmac ivoirien ou le bouleversement qu’il connut dans le sillage du drame haïtien. Les décennies dans la coopération se superposent alors à celles de moments de stupéfaction. Émergent ici une rangée de chevaux caparaçonnés dans la plus pure tradition tchadienne, et des cavaliers au triple galop qui lui réservent un accueil frappant au nom de leur sultan ; dans cette oasis, les conditions frustes sont rehaussées de larges tapis et de plateaux d’argent. Bruno se remémore également la coutume nipponne qui l’incite à se décaler de quelques sièges à l’opéra, sans plus d’explications ; voilà qu’il se retrouve à apprécier la musique de Marin Marais en partageant son balcon avec l’Empereur du Japon. Et la vie d’expatrié au service de sa patrie continue de se recomposer, à l’aune de toutes les cultures qui lui ont tendu les bras, de ces voyages avec sa famille qui n’a eu de cesse de l’accompagner dans cette longue saga. »

« Les latitudes exotiques semblaient encore floues au fils d’aviculteur qui passait ses dimanches à ramasser les œufs, et les semaines à honorer un investissement scolaire « qui ne décornait pas les bœufs ». Le directeur acharné de travail, qui avait pour habitude d’impressionner ses collaborateurs, inspirait pourtant à ses professeurs bien d’autres commentaires : « pourrait mieux faire s’il s’employait. » Et si le seul garçon de la fratrie parvint à enjamber les pronostics qui le voyaient finir à la droite de son père, c’est que ses parents ont fait preuve de cette lucidité dont il est aujourd’hui légataire. Il y a d’abord eu cette décision très lourde d’envoyer le fiston au collège public, loin de cet établissement tenu par une religieuse aussi intolérante qu’autocratique. Puis, le petit lecteur assidu qui s’ébaudissait tant à la lecture des portraits sociaux de Zola, de Mérimée que des verniennes épopées fut entendu dans ses désirs d’escapades et d’évasion. »

« À peine eut-il le temps de célébrer sa réussite que le fringant titulaire de la fonction publique fut happé par une mission en Asie. Combinant les rôles d’attaché culturel et de directeur du centre culturel de Hanoï, Bruno eut l’occasion de satisfaire son penchant pour une discipline qui ancre les actions pour de bon. Car le féru d’architecture, qui s’était déjà illustré par des extensions de bâtiment pour y accueillir salle de spectacle et laboratoire de traitement de diapositives, changea d’échelle dès son arrivée au Vietnam : la transformation de l’ancienne imprimerie du journal communiste en centre culturel flambant neuf avait de quoi faire vibrer ce bâtisseur dans l’âme. De la conduite des travaux rendus épiques à la mise en place d’une programmation de lancement, Bruno fut étreint par un tel accaparement qu’il brillait par son absence au sein de son propre appartement. »

« Les prochains desseins ne sont certes qu’à l’état de croquis, mais Bruno sait d’ores et déjà qu’il lui faudra d’abord renouer avec les copains d’antan et profiter pleinement de Roman et Valentine, ses deux petits-enfants. Il y a aussi de quoi retaper dans sa maison de Mâchelles, ce village où flotte encore l’odeur de caramel que sa mère avait l’habitude de couler dans des coquillages. Plus encore que ces cantines débordant de souvenirs avec lesquels frayer et qu’il lui reste à trier, Bruno file en concrétiser d’autres, gardant précieusement ces « deux huiles essentielles » qu’il n’a cessé de distiller : entreprendre et partager. Ainsi, celui qui n’a jamais été « configuré pour le contemplatif » a-t-il pris l’habitude de suivre en permanence sa volonté profonde, en se plaçant toujours dans la pulsation du monde. »


Carte de voeux. Les Ateliers Jouffre célèbrent la nouvelle année avec un poème signé Maison Trafalgar !

“Nous vous souhaitons une année belle à chaque seconde, et d’éprouver la poésie dans tout ce qu’offre le monde.” Partenaire d’écriture des Ateliers Jouffre depuis plusieurs années, notre Maison a été ravie de relever à leurs côtés un nouveau défi créatif : mettre en lumière le savoir-faire des artisans d’excellence en matière de confection, à l’occasion de la nouvelle année 2023. Métier de légèreté, de précision, autant que de sensibilité, la confection se prête merveilleusement à la forme lyrique. Entre technicité, émotion et repères sensoriels, cette réalisation prouve une fois de plus que la poésie a toutes ses raisons d’exister dans le monde de l’entreprise. En rendant hommage à la maîtrise de leurs équipes, la Maison Trafalgar rappelle aussi cette capacité que les Ateliers Jouffre n’ont jamais manqué de cultiver : celle de continuer à s’émerveiller.

Qu’elle occulte, qu’elle tamise, ou qu’elle dévoile,
Légère, feutrée, rigide, ou translucide tel un châle,
Placée en brise-vue ou encore drapée aux fenêtres,
Chaque étoffe accompagne une émotion à naître.
(…)
Ici, les mains expertes s’accordent en trois dimensions,
Guident leurs outils, ourleuses, surjeteuses, avec précision.
Nos talents partagent, aiguisent leur habileté sans trêve,
Pour assembler cette trame dont sont faits les rêves.
(…)
Tapissiers, tapissières, remplissent bien plus que leur rôle :
À travers leur carrelet, et tous leurs gestes en contrôle,
C’est une part d’eux-mêmes qui imprègne les fibres,
Un fragment d’artisanat qui se transmet, et qui vibre.

Nous vous souhaitons une année belle à chaque seconde,
Et d’éprouver la poésie dans tout ce qu’offre le monde.


Le co-fondateur du Projet Voltaire confie son Portrait écrit à la Maison Trafalgar pour accompagner sa prochaine aventure !

Après avoir défendu la cause de l’orthographe via le Projet Voltaire, François Paret, ancien directeur technique et associé fondateur de Woonoz, s’est naturellement tourné vers la Maison Trafalgar pour placer les mots justes sur ses engagements. Car en marge de son implication pendant plus de quinze ans, le Lyonnais a multiplié les points d’attache avec le monde entrepreneurial et associatif : investisseur dans des start-ups et investi dans des projets à portée sociale, partie prenante des écosystèmes French Tech, EdTech, membre du conseil de surveillance de Time For The Planet, le créateur du fonds de dotation « Sous l’étoile, une étincelle » a souhaité prendre le temps d’inscrire et de rassembler. Notre Maison a répondu à ce défi en revenant sur chacun des fragments qui composent sa fresque ; du petit gone qui détonnait déjà par ses expérimentations au dirigeant qui défendait les principes sociocratiques, jusqu’à la création du fonds de dotation, notre Maison est fière de porter à ses côtés son ambition de se présenter sincèrement et en profondeur à ses prochains partenaires et associés.

Extraits du Portrait de François Paret : 

À l’étroit dans les cursus généralistes car il fonctionnait déjà en mode test and learn, François n’emprunta pas exactement ce qui était considéré comme la voie des altesses : il enchaîna plutôt par un lycée technique, un BTS, et n’eut pas non plus le choix du roi s’agissant du supérieur, mais son « exil temporaire » à Perpignan s’avéra palpitant. Entre les cours d’informatique, de robotique, et tous ces projets qui le faisaient volontiers revenir sur le campus pendant les week-ends, pour peaufiner cette voiture miniature autonome, ou ce bras articulé capable de scorer des tirs à trois points, sa réputation de fainéant est vite passée à « celle du fada » auprès de ses professeurs. Des joies du fer à souder au paramétrage des capteurs, François a très tôt découvert que le déblocage des potentiels tenait surtout à un faisceau de facteurs.

Recruté à l’issue d’un stage où il transposait des logiciels antiques en langage Java, François entra dans les arcanes de l’ordonnancement de la production industrielle. Un univers tout en planifications, en algorithmes et en séquençages, dont il regrette le fonctionnement fractionné en silos. Cinq années à se nourrir d’un modèle dont il prendra un contrepied radical ; cinq années à besogner sur une nouvelle solution, qui culminèrent sur une aberration, son point de non-retour. En implémentant le fruit de ses efforts chez un géant pharmaceutique de Denver, le jeune cadre s’aperçut que le moment était venu d’abandonner les habitudes des dinosaures.

Le e-learning en était encore à ses balbutiements lorsque Woonoz fit le pari de développer des programmes d’Ancrage Mémoriel ©. En 2005, c’était l’année qui les a vu partir « le couteau entre les dents », et où les hypothèses s’appuyaient aussi sur des hypothèques. La période où la start-up n’avait qu’un prototype à son nom et devait s’affiner dans le salon de son appartement, où les deux compères devinrent papa simultanément, et où les plans changèrent du tout au tout. Lui qui a grandi entouré de « quarante-deux cousins germains » ne pouvait que suivre ce fil conducteur familial pour bâtir son réseau, et parvenir naturellement à tisser des liens ; cet introverti – sociable –, qui ne rognerait en aucun cas sur ses « temps de centrage », ce timide qui aurait pu faire une carrière discrète derrière un ordinateur, a planté pavillon dans de nombreux écosystèmes de la ville de Lyon.

François restera toujours ce rêveur incurable qui serpente dans les Monts du Lyonnais avec son grand frère, au volant d’une voiture qu’ils admiraient gamins dans leur chambre, en poster. Il restera toujours celui qui refait le monde jusqu’à six heures du matin, celui qui procrastine au lieu de répondre aux mails mais brainstorme au téléphone pendant qu’il se brosse les dents. Il restera celui qui s’échappe pour le berceau des Paret, dans la vallée du Glandon, cet olibrius qui cultive ses paradoxes tambour battant, à moins qu’il n’utilise celui d’un vieux lave-linge, pour agrémenter une histoire de soucoupe volante que les scouts se racontent autour du feu.


Le Bon Marché : 170 ans. La Maison Trafalgar réalise une nouvelle galerie de Portraits écrits et photographiques, sous un angle inédit !

Depuis plusieurs années, Le Bon Marché et la Maison Trafalgar ont noué une relation forte autour de la réalisation de différentes galeries de Portraits de talents. Sollicitée cette fois dans le cadre du 170e anniversaire, notre Maison a eu le plaisir de retracer le lien particulier qui unit ce lieu iconique à différentes collaboratrices. Par-delà l’exploration d’un cheminement professionnel, ces Portraits s’attachent à dévoiler ce qui fonde la singularité de ce grand magasin, à travers le regard de trois femmes qui le connaissent chacune à leur manière. Qu’elles soient Conseillère mode Homme depuis plus de quarante ans, Chargée de Mission Développement Clients ou Responsable de Projets Culturels, elles y ont construit une part de leur carrière et de leurs souvenirs ; ont vu Le Bon Marché évoluer, se parer de nouveaux agencements ou se réinventer au gré de thématiques artistiques. S’il imprime durablement sa marque, l’émotion qu’il suscite chez celles et ceux qui œuvrent à sa réussite, est assurément intact. Un grand merci aux équipes Le Bon Marché Rive Gauche pour cette confiance renouvelée et pour leur fidélité ! 

Extraits des Portraits : 

Paule, Conseillère sénior mode Homme

“Avant d’intégrer Le Bon Marché Rive Gauche il y a des années de cela, c’est dans la Bretagne de son enfance que Paule s’en figurait déjà l’ambiance par les œuvres d’Émile Zola. Ce soupçon de candeur tient sans doute à ces contrées qui l’ont vu naître, car Paule a découvert le grand magasin vêtue d’une jupe plissée jusqu’à la cheville, d’un pull bleu marine surmonté d’un col Claudine à cerises. (…) Parce que son amour de l’endroit la pousse à toujours s’investir, Paule bénéficie d’une retraite progressive de sa propre initiative ; un lien singulier qu’elle entretient aussi lors des périodes vacantes, quand sa curiosité l’appelle à chiner les brocantes. Constituant un trésor qu’elle destine à ses petites-filles, elle se plaît à dénicher les objets en tous genres en rapport avec Le Bon Marché. Il y a ces catalogues des années quatre-vingt-dix, ces colifichets d’une autre époque, ces anciennes affiches baroques, mais aussi toutes ces précieuses anecdotes prêtes à être lues dans ce petit carnet qu’elle alimente quand l’occasion lui est donnée. Des « brèves de comptoir », des replis et des volumes où Paule raconte, du bout de sa plume, ce que la rue de Sèvres recèle de secrets.”

Margaux, Chargée de mission développement clients, événements et partenariats

“Au contact des références qui la fascinent depuis toujours, par le biais de ces exclusivités que seul Le Bon Marché Rive Gauche est capable de proposer, la Chargée de mission développement clients, événements et partenariats sait s’y prendre pour surprendre. Puisant l’inspiration dans les lointains voyages qu’elle entreprend, autant que dans le dynamisme de la capitale, Margaux s’implique, avec ses collègues de la cellule dédiée, pour faire du Bon Marché Rive Gauche un lieu atypique qui répond à toutes les attentes, même les plus élevées. Elle s’enthousiasme à ce titre de la carte blanche qu’il lui est laissée pour convier la clientèle à rencontrer ces plumes qui font l’actualité littéraire, à profiter d’une privatisation, d’un tea time ou d’une masterclass avec, en invité, le nez d’un parfumeur renommé, ou encore pour une soirée avec le mixologue d’un grand palace parisien. Émaillant aussi la vie culturelle du magasin, son action s’exprime jusqu’aux visites privées avec la fondation Vuitton, le musée Rodin, le Grand Palais, dans les ateliers des maisons de prestige, ou encore au Palais de Tokyo. N’hésitant pas à faire découvrir les coulisses du Bon Marché Rive Gauche, Margaux coordonne et entretient « tout ce qu’il porte pour symbolique » jusqu’à ce plaisir, en dehors des heures d’ouverture, d’actionner elle-même les rotors, en ajustant aussi bien les jeux de lumière que la cadence des escalators.”

Éléna, Responsable Projets Culturels

“Formée à l’Histoire de l’art, passée par l’agence de presse Magnum, l’esthète découvrit le grand magasin parisien en se rendant à une présentation des films de Guy Bourdin ; une épiphanie pour la Responsable Projets Culturels qui se rend alors compte qu’un haut lieu de commerce peut aussi fusionner des mondes aussi divers que la gastronomie, la mode, le design ou le street art. (…) De ces photographies immortalisant l’inauguration, en 1923, du bâtiment actuel de La Grande Épicerie Rive Gauche, aux seventies en version flower power, quand les bureaux respiraient encore les effluves des Gauloises, Éléna a pu constater que si chaque époque a apporté sa patte, cette fibre sociale est demeurée intacte. D’ailleurs, se glissant parfois dans un rôle de médiatrice culturelle, il lui tient d’orchestrer des visites singulières pour ses collègues, des moments où l’ouvrage se contemple, et se raconte d’une manière parfois insoupçonnée. À la manière du cent-soixantième anniversaire du Bon Marché, qui détonna grâce aux vitrines enjolivées par Marjane Satrapi et à la présence de Catherine Deneuve qui en fut l’égérie, pour les prochaines bougies, Éléna pilote l’intervention du duo Toqué Frères pour une célébration pop qui s’inscrit dans le flow de son époque.”


Les Zouzous Lyonnais. La Maison Trafalgar signe le Portrait écrit et photographique de sa fondatrice, Stéphanie Chaudet.

Les Zouzous Lyonnais a essaimé trois agences dans la capitale des Gaules, et maintient son indépendance depuis plus de treize ans. Si l’entreprise connaît une croissance continue, le secteur et le métier de baby-sitter sont encore victimes de nombreux a priori que Stéphanie Chaudet n’a jamais cessé de battre en brèche. Montrer la cohérence d’un cheminement qui l’a menée au lancement de sa société, incarner les valeurs qui fondent sa démarche et ancrer sa vision de la profession en confiant son histoire à la Maison Trafalgar tenait pour elle de l’évidence. Outre son approche qui lui permet de constituer un réseau de Zouzou-sitters finement sélectionnés, Stéphanie fait valoir de solides engagements à travers un parcours d’entrepreneure singulière qui la voit œuvrer avec détermination à l’amélioration du secteur et à sa professionnalisation. De son implication au sein d’associations à la création du centre de formation AZAP, ce sont aussi ces nombreux pas de côté que s’attache à souligner son Portrait. 

 Extraits de son Portrait de dirigeante :

« Entreprendre, oui mais dans quoi ? » La naissance du premier fils de Stéphanie Chaudet y répondra en soulevant tout ce qu’il y avait encore à faire pour concilier la maternité et le devoir des affaires. (…) Celle qui s’avoue plus forte tête que « maman cupcake » s’affranchit rapidement du système de franchise et cisela son processus pour répondre à un tout nouveau cahier des charges. Arrivée dans la capitale des Gaules, Stéphanie se mit à mailler son réseau en partant de zéro ; elle se sentait parée depuis son bureau de six mètres carrés, situé au « 33 rue de la Ré ». Tandis que ses proches la voyaient arpenter la CCI, les missions locales et les OPCO, le quidam l’apercevait distribuer des flyers à la sortie du métro, et les familles lyonnaises apprenaient son existence par quelques insertions presse bien pensées qui l’emmenèrent, en 2016, jusqu’au 20h de TF1.”

“Héritière d’un caractère aussi affable que volubile remontant à ses racines italiennes, dans l’histoire familiale de Stéphanie, le goût de la bonne cuisine s’est toujours combiné à celui de l’effort. Si c’est à l’aune de sa propre parentalité qu’elle a bien sûr pu juger de la ribambelle de situations praticopratiques que réclame un bambin, elle révisa aussi les hauts faits de sa grand-mère qui assurait sans hic son rôle auprès de toute cette « joyeuse clique » de cousins et cousines. Il y avait aussi ce grand-père qui avait fui le fascisme ; arrivé en France « la rage au ventre », il parvint à bâtir son entreprise de plâtrerie tout en apprenant à lire et à écrire – « c’est forcément un modèle de résilience qui m’a marquée. ».

Car avant de se lancer à son tour, Stéphanie entama une première carrière à la suite d’un BTS en communication décroché à l’École nationale de commerce, qui déboucha sur dix années de fonctions au sein de la frénésie parisienne, et de grandes firmes œuvrant dans le conseil et le numérique. Les changements de missions au gré des restructurations et des rachats, les postes en marketing et en commercial qui la menèrent jusque dans les entrailles des multinationales ; les tours de la Défense, la compilation des chiffres de ventes, les projections, la refonte de chartes graphiques, les business model et les incursions dans l’événementiel, ont fini par faire pointer un dilemme : poursuivre une trajectoire confortable, ou se fier à son instinct entrepreneurial.” 

Déjà impliquée auprès de FCE LYON ou des Lyonnes afin de donner une résonance aux initiatives portées par des femmes, celle qui, pour chaque problème, ne voit que « des solutions en file d’attente » entend bien s’adresser à des publics que beaucoup ignorent – des personnes en situation de handicap aux séniors. Ouvrir ici une nouvelle agence pour asseoir un peu plus sa place de challenger, étendre là son activité à d’autres frontières pour répondre à ses élans voyageurs : en tous points, Stéphanie s’attèle à ce que son entreprise fasse toujours exception à la règle – bijou, caillou, genou, hibou, zouzou.


Pour ses 40 start-up les plus prometteuses, STATION F a choisi les formations Trafalgar !

Suite à la rencontre à Lyon réunissant Roxanne Varza, Directrice de STATION F, Grégoire Martinez, Head of Strategic Projects & Communications, et nos deux associées Bérengère Wolff et Marion Derouvroy, la Maison Trafalgar s’est rendue dans le plus grand campus de start-up au monde, pour délivrer une formation aux fondateurs et dirigeants de quarante des entreprises les plus prometteuses de STATION F. Réunis en deux groupes de vingt, les entrepreneurs du classement Future 40 se sont entraînés, pendant plusieurs heures, sous les conseils et les encouragements de Virgile Deslandre, Directeur des opérations & expert en rhétorique et en art oratoire de la Maison Trafalgar.

Grégoire Martinez, Head of Strategic Projects & Communications STATION F : « Au nom de toute l’équipe STATION F, je tenais à vous remercier pour le workshop ! L’exercice n’était pas évident, et les ateliers étaient excellents. Un merci tout particulier à Virgile pour son énergie et sa capacité à leur dire les choses qu’ils ont tout particulièrement appréciées ! “It was one of the most relevant workshops I have ever had on this topic. I think it is great to practice in front of the group and Virgile truly helped us with applicable methods and not just blabla.” / “Super interesting and liberating. I feel more free to explain to the public what my startup is about, instead of just saying what I absolutely think I have to say”… Les feedbacks des entrepreneurs n’ont fait que renforcer mon avis sur la qualité et l’utilité de cette formation ! »

Tous appelés à présenter leur entreprise en anglais, face à la caméra et, indirectement, à six-cents investisseurs, ils avaient déjà bénéficié pour parfaire cette prestation de l’accompagnement de professionnels hautement qualifiés, que nous sommes honorés d’avoir rejoints dans cet accompagnement. Aucun détail n’aura été épargné, et chacun des entrepreneurs aura bénéficié de conseils personnalisés lors de cet atelier exigeant dédié à la rhétorique, à la construction du discours, à la posture et à l’art oratoire.

L’histoire de la Maison Trafalgar plonge elle aussi de profondes racines dans l’écosystème entrepreneurial. Par nos formations, notre accompagnement, nous sommes donc particulièrement fiers et heureux d’avoir apporté notre soutien et notre expertise à ces quarante remarquables personnalités.

Un grand merci à Grégoire Martinez et aux entrepreneurs de STATION F pour leur confiance ! Et bravo pour ce très beau classement !

Future 40. Découvrez le classement des 40 pépites sur les 1000 start-up incubées à STATION F :

Alvie, Gaëlle Jollivet
Katalyz, Thomas Ebrard
Leadjet, Laura Patricia
Payper, Thomas Claassen
HUMANITICS, Grégory Amzel
IMPACT+, Marion Cardona
Crew3, Louis Demeslay
Qivio, Stanislas Soulié
VERDIKT, Christine Heckmann
m-work, Joséphine de Leusse
BROKE AND ABROAD, Mariam N’Diaye
Jimo, Thomas Moussafer
Cyrius, Achille Morin Lemoine
OMENA, Mathilde Neme
Amatera Biosciences, Lucie Kriegshauser
Trout Software, Florian Doumenc
Tremau, Louis-Victor de Franssu
Konect, Hugo Arnoult
Blitz, Clément Bruneau
Notice, Quentin Chantelot
Jamble, Louis de Jenlis
The Serious Gut, Emilie Maret
CrunchDAO, Jean Herelle
Fygr, François Menjaud
Prepera, Jean de Bodinat
Cobbaï, Théobald Le Louarn
Pose AI Ltd, Martin Fisch
Sneakmart, Anthony Debrant
Alpagga, Geoffrey Taïeb
Kumulus, Iheb Triki
PALM, Hela Atmani
Holis, Martin Besnier
Ahrtemis, Charlotte Bellet
Tailor, Guillaume Degermann
Symeo, Arthur Seguin
Leto, Benjamin Lan Sun Luk
YUMON, Mathias Salanon
Bleen, Quentin Lanthier
Qweeko, Martin Bonte
Deep Talk, Juan. José Soto


L’agence de communication Hula Hoop sollicite la Maison Trafalgar pour la rédaction de son Culture Book

Il ne fallut qu’une décennie pour que le petit studio lyonnais, fondé par un couple de publicitaires, ne devienne un groupe d’envergure mondiale comptant plus d’une soixantaine de talents sur plusieurs continents. Afin de fédérer les collaborateurs autour des valeurs qui font le socle de la culture Hula Hoop, son cofondateur Cédric Morel s’est tourné vers la Maison Trafalgar pour l’écriture de son Culture Book. Du grain de folie un peu punk, qui leur fit décrocher leurs premiers contrats, à la progressive prise en maturité et à leur déploiement au Canada, l’agence challenger des marques challenger a su prendre la balle au bond pour anticiper les modes et les tendances à sa propre façon. En compilant une foultitude de souvenirs, en évoquant autant les écueils que les réussites, en convoquant tous ces petits instants agrégés et les anecdotes décalées, notre Maison a ciselé des écrits intemporels ; des lignes à même de rappeler combien Hula Hoop reste fidèle à son esprit originel : celui d’une agence hyper créative et un peu transgressive.


Alumni Stories, volume 1. Groupe OMNES - Une galerie de Portraits écrits et dessins confiée à la Maison Trafalgar

Inspirer, partager et fédérer, tels étaient les mots d’ordre du groupe OMNES Education, leader de l’enseignement supérieur privé, pour la réalisation d’un très joli book Alumni Stories. Dans ce livret épuré et élégant, nous avons croqué le parcours de différents anciens étudiants issus des treize écoles du groupe, où chaque année, pas moins de 35 000 élèves sont formés. Qu’ils soient entrepreneurs expatriés à l’autre bout du monde ou directeur international d’une grande maison, qu’elles vibrent dans le monde du luxe, soient magiciennes de la réclame ou investies dans une ONG, que leur trajectoire les ait emmenés à Mexico, Dubaï, Brazzaville ou encore Montréal, La Maison Trafalgar s’est attelée à ce que ces Portraits, sublimés de subtiles aquarelles réalisées à la main, puissent incarner la richesse humaine et pédagogique du groupe OMNES Education. Des histoires où s’enchevêtrent les récits personnels, les anecdotes estudiantines et l’intégration dans la vie professionnelle, pour des trajectoires souvent surprenantes et atypiques, et toujours pleines d’émotion et de réussite. La lecture de ce volume 1 se veut pour sûr le meilleur moyen d’unifier une communauté d’anciens diplômés tout en éveillant des vocations pour les prochaines générations.

Extraits de Portraits :

Matthieu Musette

En adepte de prouesses footballistiques qui s’avouait inculte en mécanique, Matthieu a prouvé qu’il était possible de passer de l’univers Materazzi à celui des Maserati. Entre ce vrombissement signature de la GranTurismo, et cette langue de Dante qui s’éploie des mails aux visios, le Responsable commercial favorise la vente sur l’ensemble de la France, s’assurant que la marque de voitures de luxe soit représentée dignement, coordonne les actions des quinze concessionnaires – un sport de concessions qui nécessite son lot d’offres packagées et de subtilité. Et bien qu’il pilote aujourd’hui un maillage d’excellence, Matthieu a démarré sur des bolides moins altiers – une Renault Kangoo jaune grâce à laquelle il livrait le courrier.

Ronan Le Mestre

Tandis que sa grand-mère crépière comblait Ronan des délices de leur terroir, à commencer par les fameuses galettes de blé noir, les porcelaines, les argenteries et le cristal étaient de sortie pour attiser la faim. Et son père jouait le sommelier aux côtés de cette mère qui faisait tourner les fourneaux à plein pour ravir la maisonnée, régulièrement agrandie d’une bande de copains. Car l’amour pour l’élégance culinaire n’aurait su retenir Ronan à Carnac Plage, ni même au sein du territoire hexagonal. Le Directeur international de la Maison de pâtisserie Ladurée a fixé son appétence pour l’ailleurs dès le lycée, lors d’une année à potasser dans l’État de New York. Il atterrit donc à Paris, après avoir été séduit par un cursus en commerce dans une école proposant un programme de niche « en version full english ».

Marielle Postec

Il arrive qu’une vocation frétille dès l’âge des jeux et des marelles, lorsque tout scintille et émerveille ; celle de Marielle jaillit à l’époque où la fillette vécut un premier éveil télévisuel face à une publicité fruitée. Au-delà de cette saynète, elle entrevoit déjà sous le reptile de bric et de broc une dimension fantaisiste qui guidera sa voie. Après une adolescence à se projeter photographe, puis quelques années de jachères juridiques et un master en business international achevé sans grande conviction, c’est au détour d’une conversation en Irlande qu’elle découvre la fameuse école de publicité, située à Roubaix. De manière fortuite, l’évocation de Sup de Création débloque le souvenir de l’animal en plastique, et celle qui se pensait encore un « pur produit de la capitale » s’en dirige vers le Nord.

Coline Amblard

Coline le sait à ce club féministe qu’elle a fondé pour élargir ses lectures : le plus grand des obstacles reste sa propre censure. Alors, pour réveiller ses ambitions de styliste, peut-être même qu’elle laissera ressurgir à la pointe du stylet les inspirations des costumes d’une série d’animation comme Arcane, les cultures et les mouvements qu’elle a appris à identifier, ou toutes ces femmes « fortes et affirmées » qu’elle dessine. Coline sourit à l’adage qui l’a tant vue crayonner : un parcours n’a pas de mauvais sens, seulement celui qu’on veut lui donner.