10 livres pour s’évader encore (et encore) sans mettre un pied dehors

Chez Trafalgar, on continue de se confiner avec une partie des auteurs qui nous ont appris à nous promener de l’intérieur… Eloge du repos, Huis clos, La place, Just Kids, L’invention de la solitude, Vers une sobriété heureuse…

POUR S’AMUSER DE SON DÉCALAGE

Tout le monde est occupé, Christian Bobin

« Il y a des fous tellement fous que rien ne pourra jamais leur enlever des yeux la jolie fièvre d’amour. C’est grâce à eux que la terre est ronde et que l’aube, à chaque fois se lève, se lève, se lève. » Un court roman terriblement insolite, un conte des temps modernes, où un homme fait l’amour avec les yeux, une femme est enceinte pendant 3 ans, et une petite fille de 6 ans prédit l’avenir. On y croise aussi un canari du nom de Van Gogh, qui a des discussions animées avec Rembrandt, un chat lecteur et philosophe. 

POUR ARRÊTER DE CULPABILISER

Eloge du repos, Paul Morand 

À quoi bon gagner du temps si nous ne savons pas en profiter ? Se reposer est un art. Pour éviter que le temps gagné ne soit aussitôt perdu, Paul Morand se livre ici à une pédagogie ironique : les vacances et les voyages s’apprennent, comme le reste. Cette pratique du repos n’est pas seulement une question de lois et de congés payés, c’est d’abord avec l’âme qu’elle a affaire.

POUR S’AIMER LES UNS LES AUTRES

Huis clos, Jean-Paul Sartre

Un garçon d’étage introduit dans un salon Style Empire, Garcin le journaliste-publiciste, Inès l’ancienne employée des Postes et Estelle, la mondaine. Ainsi débute un hallucinant huis clos. Ils vont se livrer un combat de mots qui leur fera réaliser le sens de la vie et de la mort. Ils s’interrogent sur leur damnation et se cachent sous le masque de la mauvaise foi. Chacun a besoin de l’autre pour exister, prendre conscience de soi ; le regard d’autrui est aussi une menace. La violence, l’humour, le désespoir et la révolte traversent cette pièce d’une simplicité diabolique et à la mécanique implacable.

POUR TRAVERSER LA FRANCE ASSIS

Un fauteuil sur la Seine, Amin Maalouf

En racontant la vie et les aventures des dix-huit personnages qui se sont succédé au 29e fauteuil de l’Académie française depuis 1634, Amin Maalouf nous fait revivre de manière charnelle, quatre siècles d’histoire de France. On revisite ici la querelle du Cid et la révocation de l’Édit de Nantes, l’expulsion des jésuites et l’émergence de la franc-maçonnerie, la Révolution de 1789, le Second Empire, la guerre de 1870 et la Commune de Paris, l’invention de l’anesthésie et celle des funérailles nationales, l’Affaire Dreyfus et les grandes guerres du XXème siècle…à partir d’un simple fauteuil, Amin Maalouf nous fait redécouvrir les riches heures du passé de la France, la permanence de son génie national, ainsi que ses constantes métamorphoses.

POUR FUIR LES BONIMENTEURS

Le Misanthrope, Molière

Alceste, le misanthrope, est le plus loyal et le plus droit des hommes. Malheureusement, il lui manque une vertu : l’indulgence pour la conduite des autres. Dans son rigorisme, il pousse la franchise jusqu’à la brutalité. Un compliment banal, de pure politesse, en voilà assez pour le faire crier au mensonge, à l’hypocrisie, et il ne voit partout qu’imposture, intérêt, trahison, fourberie. Aussi dans sa colère peu réfléchie, il n’épargne personne et ne craint pas de dire qu’il hait tous les hommes.

POUR NE PAS RENIER SES ORIGINES

La place, Annie Ernaux

Il n’est jamais entré dans un musée, il ne lisait que Paris-Normandie et se servait toujours de son Opinel pour manger. Ouvrier devenu petit commerçant, il espérait que sa fille, grâce aux études, serait mieux que lui. Sa fille, Annie Ernaux, refuse l’oubli des origines. Elle retrace la vie et la mort de celui qui avait conquis sa petite place au soleil, et dévoile aussi la distance, douloureuse, survenue entre elle, étudiante, et ce père aimé qui lui disait : « Les livres, la musique, c’est bon pour toi. Moi, je n’en ai pas besoin pour vivre. »

POUR MÊLER TOUTES LES PASSIONS

Just Kids, Patti Smith

Véritable conte, Just Kids commence comme une histoire d’amour et finit comme une élégie, brossant un inoubliable instantané du New York des années 60-70, de ses riches et de ses pauvres, de ses paumés et de ses provocateurs. Pendant les années de vache maigre, deux gamins font le pacte de toujours prendre soin l’un de l’autre. Romantiques, engagés dans leur pratique artistique, nourris de rêves et d’ambitions, ils se soutiennent et se donnent confiance.

POUR INTERROGER LA MÉMOIRE FAMILIALE

L’invention de la solitude, Paul Auster

Paul Auster est devenu écrivain parce que son père, en mourant, lui a laissé un petit héritage qui l’a soustrait à la misère. Le décès du père n’a pas seulement libéré l’écriture, il a littéralement sauvé la vie du fils. Celui-ci n’en finira jamais de payer sa dette et de rembourser en bonne prose, le terrifiant cadeau du trépassé. L’écrivain ne cherche pas le sens de la vie. Au contraire, il en souligne le caractère insaisissable par plusieurs commentaires sur la nature du hasard, ces accidents ou contingences qui parsèment le cours d’une existence. « J’avais une blessure et je découvre maintenant qu’elle est profonde. Au lieu de la guérir, comme je me le figurais, l’acte d’écrire l’a entretenue. »

POUR SE DÉDOUBLER

Le Carnet d’or, Doris Lessing

La jeune romancière Anna Wulf, hantée par le syndrome de la page blanche, a le sentiment que sa vie s’effondre. Par peur de devenir folle, elle note ses expériences dans quatre carnets de couleur. Mais c’est le cinquième, couleur or, qui sera la clé de sa guérison. Le Carnet d’or est le portrait puissant d’une femme en quête de sa propre identité, personnelle et politique.

POUR SE SENTIR L’ÂME D’UN COLIBRI

Vers une sobriété heureuse, Pierre Rabhi

« J’avais alors vingt ans, et la modernité m’est apparue comme une immense imposture. »

Dans cet ouvrage, Pierre Rabhi apporte son témoignage sur ce qu’il appelle la « sobriété heureuse », prise en tant que réelle valeur de bien-être, force de libération physique et morale. Il expose de manière claire les failles de la société actuelle et nous invite à réfléchir à une nouvelle forme de société, différente dans ses valeurs, dans les relations humaines et dans le lien à la Terre. Pierre Rabhi nous fait valoir qu’un autre monde est en train de se créer, il nous invite à sortir du mythe de la croissance indéfinie, à inaugurer une nouvelle éthique de vie, vers une sobriété tranquille et heureuse.


10 livres pour s’évader encore sans mettre un pied dehors

Chez Trafalgar, on continue de se confiner avec une partie des auteurs qui nous ont appris à nous promener de l’intérieur… L’élégance du hérisson, Paroles, La Vie matérielle, Le jardin d’Epicure, La vie devant soi, Les mots, 1984

POUR ARRÊTER DE JUGER UN LIVRE À SA COUVERTURE

L’élégance du hérisson, Muriel Barbery

Renée a 54 ans, elle est la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois et cossu du 6ème arrondissement de Paris. La place de Renée se trouve parmi les érudits, les penseurs et les philosophes. Mais ça, elle ne le dit pas. Elle cultive les archétypes de la profession pour préserver son jardin secret : sa passion pour les héros de Tolstoï, la grande musique et les films d’Ozu. Elle se cache sous une image que tout le monde se fait d’une concierge d’immeuble : une personne qui ne prend pas soin de son apparence, sans éducation, peu aimable et inculte.

POUR POURSUIVRE SA LÉGENDE PERSONNELLE

Manuel du guerrier de la lumière, Paulo Coelho

Un petit garçon s’entretient sur une plage avec une belle et mystérieuse femme qui porte un voile sur le visage ; celle-ci lui demande s’il entend sonner les cloches d’un temple disparu, un jour englouti par les eaux. Mais le petit garçon n’entend rien, et il est déçu. Ce n’est qu’après un an qu’il finira par entendre les fameuses cloches. Heureux, il rencontre de nouveau la femme voilée. Cette fois, celle-ci se décide à lui enseigner les préceptes qui guident la vie de ceux qu’on appelle les guerriers de la Lumière. Ils se reconnaissent au premier regard. Ils sont au monde, ils font partie du monde. Souvent ils trouvent que leur vie n’a pas de sens. C’est pour cela qu’ils sont des guerriers de la lumière. Parce qu’ils s’interrogent. Parce qu’ils continuent de chercher un sens. Et ils finiront, par le trouver. 

POUR GOÛTER AUX CALEMBOURS

Paroles, Jacques Prévert

“Rappelle-toi Barbara, il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là, et tu marchais souriante, épanouie, ravie ruisselante, sous la pluie. Oh Barbara, quelle connerie la guerre ! Qu’es-tu devenue maintenant, sous cette pluie de fer, de feu d’acier, de sang ? Et celui qui te serrait dans ses bras amoureusement, est-il mort disparu ou bien encore vivant ?” Ce recueil offre une poésie souvent corrosive, contestataire, parfois drôle et tendre, écrite avec des mots de tous les jours.

POUR PRENDRE DE SES NOUVELLES

La Vie matérielle, Marguerite Duras

“Ce livre n’a ni commencement ni fin, il n’a pas de milieu (…) J’ai hésité à le publier mais aucune formation livresque prévue, ou en cours, n’aurait pu contenir cette écriture flottante de La vie matérielle, ces aller et retour entre moi et moi, entre vous et moi dans ce temps qui nous est commun. Chaque existence est un problème insoluble. Les voisins de palier, rangés verticalement dans les immeubles, on se demande comment c’est possible et on fait partie des rangées. Ce qui remplit le temps c’est vraiment de le perdre.”

POUR REGARDER LE SOLEIL EN FACE

Le jardin d’Epicure, Irvin Yalom

À travers Amelia, James, Mark ou Alice, Irvin Yalom dévoile à chacun de nous comment affronter les défis d’une vie tout en savourant ce que chaque instant a de précieux. Un livre sur le défi le plus exigeant, le plus prégnant que nous rencontrons : surmonter notre peur de la mort. Une préoccupation majeure, omniprésente et universelle qui ressemble au fait de “regarder le soleil en face”. 

POUR DIALOGUER AVEC SA BIBLIOTHÈQUE

L’ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile en 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere – dans un lieu mystérieux : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant est ainsi convié par son père à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y adopter un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets enterrés dans l’âme de la ville.

POUR PORTER L’INNOCENCE EN BOUCLIER

La vie devant soi, Romain Gary

Mohammed, dit Momo, raconte sa vie à Belleville chez Mme Rosa, une juive âgée et malade, rescapée d’Auschwitz. Ancienne tenancière de maison close, elle élève des enfants abandonnés ou laissés en pension par des prostituées. Momo considère Mme Rosa comme sa mère. S’il a la vie devant lui, Madame Rosa, quant à elle, est hantée par ses souvenirs d’Auschwitz, se laissant gagner peu à peu par la maladie : « Moi je trouve qu’il n’y a pas plus dégueulasse que d’enfoncer la vie de force dans la gorge des gens qui ne peuvent pas se défendre et qui ne veulent plus servir. »

POUR APPRENDRE LE NOVLANGUE

1984, Georges Orwell

Souriez, vous êtes filmés. Ce roman de science-fiction décrit un régime totalitaire à la tête duquel Big Brother dirige le monde. Ce nom est connu de tous et fait référence à tout système qui cherche à s’infiltrer dans nos vies et à nous contrôler. Smith décrit la société qui l’entoure : la délation généralisée, la négation du sexe et de toute sensualité, la police de la pensée et de la langue, et surtout la surveillance de Big Brother. Liberté est Servitude. Ignorance est Puissance. Telles sont les devises du régime. Pourtant Winston refuse de perdre espoir. Avec l’insoumise Julia, ils vont tenter d’intégrer la Fraternité, une organisation ayant pour but de renverser Big Brother. 

POUR CULTIVER LA FLAMME DE LA CORRESPONDANCE

Les Liaisons Dangereuses, Pierre Choderlos de Laclos

Ce livre est principalement basé sur le pouvoir de l’intrigue et de la séduction. Le comte de Gercourt a quitté la marquise de Merteuil. Celle-ci, furieuse et blessée, décide de fomenter une vengeance terrible lorsqu’elle apprend que Gercourt va bientôt épouser la jeune et innocente Cécile de Volanges. Mme de Merteuil confie une mission de choix à son ancien amant, le Vicomte de Valmont : user de son talent pour le libertinage afin de séduire, et de corrompre, Cécile de Volanges. Valmont n’est pas homme à refuser pareil défi, mais l’objet de toutes ses attentions est ailleurs : il a jeté son dévolu sur une autre femme, réputée dévote et incorruptible, la présidente de Tourvel. 

POUR S’AFFRANCHIR DES CROYANCES

Les mots, Jean-Paul Sartre

Dans cette autobiographie, Sartre raconte ses souvenirs d’enfance. Le livre est divisé en deux parties : « Lire » et  « Écrire » car l’apprentissage de la lecture et de l’écriture ont été les deux événements les plus marquants pour cet enfant solitaire. Sartre se livre à cet exercice avec un esprit critique et une grande ironie. Il démystifie l’attendrissement dont beaucoup entourent cette époque de la vie : “J’étais un enfant, ce monstre [que les adultes] fabriquent avec leurs regrets.” Pêle-mêle, il rabroue et piétine les illusions d’une vocation littéraire, le mythe de l’écrivain, la sacralisation de la littérature dans un procès dont il est à la fois juge et partie.


Le Feuillet : Un de nos clients intègre le palmarès 30 Under 30 de Forbes

Ylan Dahan, Président de la marque de maroquinerie de luxe Le Feuillet, vient d’entrer au prestigieux palmarès des 30 Under 30 Forbes France. Un palmarès mettant en lumière 30 jeunes de moins de 30 ans – des créateurs, sportifs, artistes, qui se distinguent déjà au sein de la société française. Leur entreprise, déjà comptée par le magazine économique parmi les sept plus belles levées de fonds mode et beauté 2019, rend chaque jour hommage au savoir-faire exceptionnel de la maroquinerie française. À l’heure où de nombreux acteurs du secteur délocalisent leur production, Le Feuillet assume son positionnement en faisant de cette fabrication française le pilier de leur réussite. Nous lui adressons, ainsi qu’à son frère et associé Davy, toute nos félicitations pour cette distinction qui le porte aux côtés de Louis Bonduelle, fondateur de Chez Nestor, Lucie Bash fondatrice de Too Good To Go, Benoît Bourdel fondateur de Luko, ou encore Judith Levy fondatrice de Même Cosmetics. Notre Maison est d’autant plus fière de la confiance que vous nous avez accordée en nous confiant la réalisation de votre Portrait croisé – présent dans vos livrables, dans vos boutiques et sur tous vos points de vente ! 

Extrait de leur Portrait croisé d’associés, cousu main par notre Maison : 

Le hasard voulut les séparer de huit ans ; Ylan et Davy ne se doutaient probablement pas que l’exigence d’excellence les réunirait bientôt. Puisque le luxe ne se soupèse pas aux paillettes dont on le saupoudre, et que la grandeur véritable d’une entreprise se reconnaît à sa capacité d’en imposer sans s’imposer, ensemble, ils ont réussi le pari de la sobriété savamment étudiée. À cet égard, la maroquinerie haut de gamme Le Feuillet a du sang de géant, un legs que les frères Dahan transmettent avec la discrétion de ceux pour qui l’ouvrage bien fait contient son propre discours.


Triptyque de Portraits métiers pour le groupe Veolia

Rendre visible l’invisible et ouvrir les coulisses d’un métier peu connu via le parti-pris de la littérature, tel était le défi lancé par la Direction de la communication et des ressources humaines du groupe Veolia. À travers le parcours de vie et la carrière de trois collaboratrices, ce triptyque de Portraits écrits et photographiques s’est attaché à valoriser le savoir-faire comme le savoir-être d’un métier de service à caractère industriel et technique, beaucoup plus affectif qu’il n’y paraît. Bravo au groupe Veolia d’avoir fait en sorte que le temps s’arrête et qu’il puisse se savourer en permettant à Laure, Aurore et Patricia de revenir sur leur évolution interne, leur réalité terrain, et tout ce qui fait la fierté de ces femmes dans leur quotidien. 

 

Un grand bravo pour ce magnifique travail. J’ai été très touchée à la lecture de ces portraits, écrits tout en élégance. Je n’ai rien à redire : vous prouvez que l’écriture est extrêmement puissante quand elle est maîtrisée.” – Sophie M, Directrice Communication

 

Je vous avoue avoir été touché à la lecture de ces portraits. Toutes nos intentions se sont matérialisées au travers de ces écrits et de ces photographies, en tout cas je suis très fier de nos collaboratrices.” – Jean-Marc R, Directeur Ressources Humaines


Imaginez le confinement raconté par les grands auteurs

Beckett : Deux hommes attendent la fin du confinement qui n’arrivera jamais.

Ionesco : Le confinement attend la fin de l’homme.

Zola : Raconte avec précision le quotidien d’un ouvrier d’Amazon contraint de travailler.

Flaubert : raconte l’ennui d’une jeune femme confinée avec son mari.

Balzac : raconte l’histoire de la fabrication du canapé où son héros est assis. 

Proust : Son héros tond pendant le confinement. L’odeur de l’herbe coupée lui remémore son passé.

Maupassant : Son héros confiné, a des hallucinations et devient fou.

Feydeau : Un mari, sa femme et l’amant de celle-ci sont confinés ensemble, des quiproquos en perspective.

Duras : Confinée. Se confiner. Je crois que ça va durer 14 jours. Ou peut-être plus. Promener mon chien. Absence de chien. L’attestation était pourtant prête sur la table.

King : Un alcoolique repenti, confiné, est torturé par le fantôme de son frère jumeau mort à 8 ans qui le pousse à tuer sa femme obèse et fanatique religieuse.

Pascal : Confiné, l’humain lance une appli de paris en ligne à propos de la date de fin du confinement ou de la date de fin du monde.

Kafka : Un homme confiné s’ennuie, regarde une mouche courir sur son plafond… À la fin, c’est la mouche qui le regarde, courir sur les murs.

Camus: Le confinement ne fait qu’accentuer l’esprit étroit de l’homme et enferme ses questions dans des bocaux sans réponses.

Lamartine : Un seul cas de coronavirus et tout est dépeuplé. 

Pennac : L’adulte confiné retrouve son âme d’enfant et plonge dans des aventures imaginaires.

@Leprofdeletre


20 Portraits de talents mis à l’honneur chez XEFI

Le Président du groupe, Sacha Rosenthal, et l’équipe XEFI, ont fait confiance à notre Maison pour bâtir, puis enrichir, cette singulière galerie de Portraits. Directeurs d’agence ou d’exploitation, Assistantes commerciales ou de direction, Responsable du service achats ou du service contrats, ce ne sont pas moins de 20 talents qui ont été choisis pour vivre l’expérience de l’entretien d’extraction dans notre Maison : “C’est impressionnant, la facilité avec laquelle l’équipe de la Maison Trafalgar parvient à aller sous la carapace pour les faire se livrer. Aller chercher ce qu’il y a au fond de ces personnalités, leur motivation, ce qui se trouve dans leur cœur et dans leurs tripes, c’est une façon de communiquer qui va vers l’Homme que je trouve vraiment extra-ordinaire. Il me semble n’avoir jamais vu cela ailleurs.” Sensibles à l’authenticité de leur marque employeur et très attentifs au bien-être et à la reconnaissance des équipes, nos clients ont également osé l’élaboration du Portrait de marque XEFI, afin d’inscrire l’histoire puis les valeurs entrepreneuriales et sportives abritées par cette personnalité morale : “Votre signature est fine et à la fois profonde. Le lien est total, et il est très fort.” Un grand merci au groupe XEFI pour son engagement et sa fidélité envers notre Maison. Vous nous avez laissé carte blanche pour recevoir vos experts et leur préparer ce cadeau ; nous attestons grâce à vous que le secteur informatique n’a rien de poussiéreux, et affirmons davantage, depuis votre passage, qu’un collaborateur heureux répond d’abord avec les yeux !

Merci à Mick Wibaux, Sébastien Peyrard, Chrystele Simler, Jaouad Yamani, Florine Gonod, Matthieu Dohm, Jérémy Berthon, Anne-Sophie Gindre, Émilie Huon, Romain Chazal, Michael Levy, Amandine Béraud, Mickael Cuzin, Karine Nonet, Alexandre Rambaud, Sylviane Teil, Amélie Goblet, Fatiha Hamdi, David Goguet et Véronique Manin, pour leur confiance tout au long de l’élaboration de leur Portrait.


Le billet de Jeanne : De l’art d’apprécier... sa vie intérieure.

       Apprécier, goûter, sentir, frissonner, ne faire qu’un avec son corps, vivre sa vie à l’intérieur, vivre sa vie de l’intérieur. Cela a tout l’air d’une jolie locution, mais pour l’heure, la seule balade que je puisse me permettre consiste à faire marcher mes doigts sur ce cahier de bord. Ma plume inspire, mes phrases expirent, mon papier se froisse, mes mots se contorsionnent sans cesse, comme s’ils suivaient un cours de fitness. Alors je regarde ma main, le regard aussi attentif à mes lignes de vie qu’aux lignes de fuites de mon salon – je tombe quand même, très tôt, à court d’inspiration. 

       Cette vie intérieure a d’abord été mise en sourdine, éteinte pour augmenter le volume ; les sons, les cris et les bruits de l’extérieur. Puis, un tantinet frustrée, elle s’est mise à murmurer au creux de toutes les oreilles ses questions existentielles. «C’est quoi, cette vie ?» Je ne sais pas moi, je pourrais écrire comme Musset – « La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité. » –, ou préparer une introduction digne de Forrest Gump : « La vie c’est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber », à enrober de tout ce qu’il faut pour Pâques. Je pourrais me triturer le bulbe à la Albert Einstein – « La vie c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre » –, mais comme les sorties à vélo sont largement proscrites, je préfère rester du côté de Raymond Queneau, toute aussi certaine que la vie « Un rien l’amène, un rien l’anime, un rien la mine, un rien l’emmène ».

       Même si mes idées tournent en rond, en large et de travers, et que les confins de ce confinement semblent sans fin, cette vie vécue de l’intérieur m’a prouvée que les héros modernes avancent masqués ; elle m’a prouvée qu’on pouvait sauver des vies en obéissant, se libérer les poignets pour arrêter le temps, compter plutôt sur ceux qui nous aiment, se trouver belle sans camouflage, maquiller ses fenêtres puis vibrer comme un applaudimètre. Elle m’a prouvée qu’on pouvait sembler vivre comme une recluse à l’extérieur, tout en se sentant immensément libre à l’intérieur. Finalement, j’ai eu tort de penser que la vie se déclinait en deux catégories. Intérieur ne signifie pas figé, mort sans menu bonheur. Extérieur n’est pas une injonction à vivre tous ses plaisirs avec un minuteur branché sur le cœur. Et pourtant, cette vie… même muette, même tapie, nous réclame à grands cris, elle est là, subrepticement cachée dans nos mots, qu’elle soit ravie, obvie, poursuivie, asservie, inassouvie, étalée à l’envi et logée chez nous, sans préavis.

       Il n’est pas simple de s’octroyer un peu de paix, de demeurer en repos dans une chambre sans laisser sa culpabilité sauter d’un cours de yoga à un live mentorat, traquer sa connexion internet, courir faire des emplettes, regarder des émissions sans queue ni tête, dessiner des plans de balcon, préparer un cake maison après une rediffusion de Top Chef. Mais allongée comme je le suis, j’aime croire qu’il suffit parfois d’un soupçon d’imagination pour recréer tout un monde depuis son lit. Peut-être parce que je m’étais habituée à mener une vie intérieure dans une jolie Maison de Portraits dont j’ai été forcée de sortir avant la fin de mon stage, et que j’irais bien m’y enfermer à nouveau, prendre un bol de littérature et de vers pour y revivre l’extraordinaire. 

Jeanne Magherini, en fin d’immersion dans la Maison Trafalgar

Photographie : Jordin Schurer


10 livres pour continuer à s’évader sans mettre un pied dehors

Chez Trafalgar, on continue de se confiner avec une partie des auteurs qui nous ont appris à nous promener de l’intérieur… Une chambre à soi, La Métamorphose, Dream Team, Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, Les victorieuses, Un jour je m’en irai sans avoir tout dit, La part de l’autre

POUR CHANGER LE MONDE DEPUIS SON LIT

Une chambre à soi, Virginia Woolf

Bravant les conventions avec une irritation voilée d’ironie, Virginia Woolf rappelle dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu’à une époque toute récente, les femmes étaient savamment placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes et, nécessairement, réduites au silence. Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie de quoi vivre, du temps et une chambre à soi

POUR NE PAS SE LAISSER DÉSHUMANISER

La Métamorphose, Franz Kafka

Par un matin pluvieux, Gregor Samsa, un représentant de commerce spécialisé dans le tissu, se réveille dans sa chambre après une nuit agitée. En tirant la couverture, il découvre qu’il a été métamorphosé en un monstrueux insecte et se demande alors si tout cela est bien réel. Enfermé dans sa chambre par sa famille pour qui il est un objet de dégoût et de honte, il se fait nourrir par sa sœur. Gregor se trouve peu à peu abandonné. On comprend rapidement le sens allégorique : sa métamorphose apparaît comme une révolte individuelle contre une certaine société, le refus de mener une existence dépourvue de sens.

POUR DEVENIR LA MEILLEURE VERSION DE SOI-MÊME

Dream Team, Ludovic Girodon 

Pour que N+1 ne soit plus jamais égal à 0, Ludovic Girodon, salarié au Réseau Entreprendre Paris, délivre les meilleurs secrets des managers pour recruter et fidéliser l’équipe idéale. Désamorcer facilement les conflits, faire des feedbacks puissants, recruter les bonnes personnes, réussir ses entretiens en tête-à tête, valoriser les talents… «J’ai la chance dans mon métier actuel d’être entouré de managers, dirigeants ou fondateurs de tous horizons et voilà plusieurs années que je note dans mon téléphone toutes les techniques et astuces pour manager efficacement une équipe au quotidien. Et un jour, je me suis dit : ne garde pas toutes ces pépites pour toi. » 

POUR NE PLUS SE PLAINDRE DU CONFINEMENT

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, Jean-Paul Dubois

Cela fait deux ans que Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal. Auparavant, il était superintendant à L’Excelsior, une résidence où il déployait ses talents de concierge et plus encore de consolateur des affligés. Lorsqu’il n’était pas occupé à venir en aide aux habitants de L’Excelsior, il rejoignait Winona, sa compagne, aux commandes de son aéroplane. Mais tout changea le jour où il y eut un nouveau gérant à L’Excelsior, des conflits éclatèrent. Et l’inévitable se produisit. « Il y a une infinité de façons de gâcher sa vie », assure son narrateur, Paul Hansen.

POUR S’ÉCLIPSER À LA CAMPAGNE

Le Grand Meaulnes, Alain Fournier

François Seurel, le narrateur, est le fils d’un couple d’instituteurs d’un village de Sologne qui a pris en pension un adolescent, Augustin Meaulnes. Un jour, alors qu’il s’est perdu assez loin de la maison, Augustin arrive dans un château où se déroule une fête étrange. De retour à la maison il est incapable de le retrouver. Avec l’aide de François il cherche, pendant des années, ce château et cette jeune fille rencontrée. Lire Le Grand Meaulnes, c’est aller à la découverte d’aventures qui exigent d’incessants retours en arrière, comme si l’aiguillon du bonheur devait toujours se refléter dans le miroir troublant et tremblant de l’enfance, scruté par le regard fiévreux de l’adolescence.

POUR PRENDRE UNE LEÇON DE GÉNÉROSITÉ

Les victorieuses, Laetitia Colombani

À 40 ans, Solène a tout sacrifié à sa carrière d’avocate. Un jour, elle craque, s’effondre. C’est la dépression, le burn-out. Tandis qu’elle cherche à remonter la pente, son psychiatre l’oriente vers le bénévolat : sortez de vous-même, tournez-vous vers les autres, lui dit-il. Peu convaincue, Solène déchante lorsqu’elle est envoyée au Palais de la Femme, un foyer pour femmes en difficultés… Mais peu à peu, elle va comprendre le sens de sa vocation : l’écriture. Le Palais de la Femme existe. Laetitia Colombani nous invite à y entrer pour découvrir ses habitantes, leurs drames et leur misère, mais aussi leurs passions, leur puissance de vie.

POUR CONVIER SES MÉNINGES À UNE PETITE VALSE

Un jour je m’en irai sans avoir tout dit, Jean d’Ormesson

Un écrivain cherche sa voie et il ne s’en sort que par l’amour d’une femme, Marie. « Ce que je voulais savoir, je ne le sais toujours pas. Ce qui va nous arriver, et à toi et à moi, dans quelques années à peine, ou peut-être même demain, quand le temps sera écoulé de notre passage sur cette Terre, m’est toujours aussi obscur ». Dans ce livre profond, on retrouve ce qui a fait le succès des précédents ouvrages : la foi en la littérature, l’importance des sentiments, l’absence d’illusions, le goût du bonheur, la recherche de la vérité. Le tout comme soulevé par la grâce d’un style et d’une écriture ailée.

POUR HONORER SES PROMESSES

Le tour du monde en quatre-vingts jours, Jules Verne

Londres, 1872. Le valet Passepartout entre au service du sévère et pointilleux Phileas Fogg. Ce dernier ayant parié qu’il ferait le tour du monde en quatre-vingts jours, ils embarquent tous les deux dès le lendemain pour un voyage semé d’embûches. Mais ils ignorent qu’ils sont suivis par un détective opiniâtre. 

POUR METTRE PARIS EN BOUTEILLE

La part de l’autre, Éric-Emmanuel Schmitt

Recalé ce jour-là par d’intransigeants censeurs de l’École des Beaux-Arts de Vienne, le candidat Adolf Hitler va s’acheminer vers une existence pétrie de ressentiment, de refus de compassion mâtiné d’une folle soif du pouvoir. Chacun en connaît les conséquences historiques : la Seconde Guerre mondiale, le nazisme, les camps de concentration, le génocide, deux bombes atomiques, cinquante cinq millions de morts… Mais que se serait-il passé, qu’aurait-il donc pu advenir, si au contraire Hitler avait été reçu aux Beaux-Arts comme apprenti peintre méritant ? À partir de cette question, de cette infime infinie possibilité, bascule l’Histoire dans son entier.

POUR DÉVELOPPER SON FLAIR

Le Parfum, Patrick Süskind

« Qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le cœur des hommes ». Au XVIIIème siècle vécut en France, Jean-Baptiste Grenouille qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n’aurait pas survécu. Or, ce monstre de Grenouille avait un don, ou plutôt un nez unique au monde, et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l’univers. 


10 livres pour s’évader sans mettre un pied dehors

Chez Trafalgar, on se confine avec une partie des auteurs qui nous ont appris à nous promener de l’intérieur…Rêveries du promeneur solitaire, Fragments d’un discours amoureux, Ne me dites plus jamais bon courage, Vol de nuit, Je voudrais pas crever, Cahier d’un retour au pays natal, L’insoutenable légèreté de l’être… Chaque semaine, nous vous préparons une nouvelle dizaine !

POUR LA PROMENADE INTÉRIEURE

Rêveries du promeneur solitaire, Jean-Jacques Rousseau

Les Rêveries du promeneur solitaire sont le dialogue avec lui-même d’un homme retiré de la société. Intitulées « Promenades », ses Rêveries prolongent les Confessions en abordant, dans une sorte de journal, sans autre lien que la disposition d’esprit du moment où il écrit, des méditations sur ses souvenirs ou sur le moment présent.

POUR APPELER UN CHAT UN CHAT

Fragments d’un discours amoureux, Roland Barthes

La nécessité de ce livre tient dans la considération suivante : le discours amoureux est aujourd’hui d’une extrême solitude. Ce discours peut être parlé par des milliers de sujets, mais il n’est soutenu par personne ; il est complètement abandonné des langages environnants, ignoré, déprécié ou moqué par eux, coupé non seulement du pouvoir, mais aussi de ses mécanismes, que sont les sciences, les savoirs et les arts.

POUR CESSER DE PARLER TRISTE

Ne me dites plus jamais bon courage, Philippe Bloch

La vie est belle, mais elle est courte. Chaque instant mérite d’être vécu intensément et apprécié à sa juste mesure. C’est possible et il était temps de le rappeler. Découvrez dans ce lexique les douze expressions qui vous pourrissent la vie au quotidien sans même vous en rendre compte, et apprenez à vous en débarrasser.

POUR SUSCITER DES VOCATIONS

Du côté de chez Swann, Marcel Proust

« Longtemps je me suis couché de bonne heure », est sans doute l’incipit le plus célèbre de la littérature française ; il ouvre une oeuvre monumentale qui a marqué la littérature en inventant une narration romanesque nouvelle. Dans cet ensemble labyrinthique, aucun n’a su explorer autant que Proust l’âme humaine. L’explorer par de longues phrases parsemées d’incises, et dans le même temps questionner la relation subtile entre souvenirs et émotions. Dans ce premier tome de l’oeuvre À la recherche du temps perdu, le narrateur adulte relate les souvenirs de son enfance : le drame du coucher, les madeleines, Combray et ses environs, sa rencontre avec Swann.

POUR RESTER SOLIDAIRE

La Peste, Albert Camus

Dans les années 1940, une terrible épidémie de peste s’abat sur Oran, l’isolant du reste du pays. Le docteur Rieux soigne les malades. Plusieurs personnages gravitent autour de lui. Certains offrent leur aide, certains désespèrent, d’autres cherchent à fuir. Si, dans cette histoire en forme de parabole, la peste peut être interprétée de différentes façons, Albert Camus souhaitait avant tout symboliser la montée du nazisme en Europe.

POUR PSYCHANALYSER TOUT LE MONDE

L’extase du selfie, Philippe Delerm

Il y a les gestes qui disent l’embarras, d’autres la satisfaction de soi, certains encore le simple plaisir d’exister, là maintenant, sur cette terre. Mais tous nous révèlent, dans nos gloires comme nos petitesses, nos amours comme nos détestations. Le selfie, le vapotage, la paume de la main bien à plat sur son volant, le verre que l’on tient à la main sans le boire. À lire Philippe Delerm, on se dit souvent : “Mais oui, bien sûr, c’est exactement cela !” : lui seul a su décrire ces gestes du quotidien avec tant de finesse et de vérité.

POUR LES MONTÉES D’ADRÉNALINE

Vol de nuit, Antoine de Saint-Exupéry

L’action se situe en Amérique du Sud, à l’époque héroïque de l’aviation commerciale. Le principal but que s’est fixé Rivière, le chef d’une compagnie aéropostale, est de prouver que l’avion est un moyen de transport plus rapide que le train pour acheminer le courrier, à condition d’imposer à ces pilotes des vols de nuit, extrêmement dangereux, qui permettent de ne pas perdre le temps gagné le jour.

POUR CHANTER LE NÉANT

Je voudrais pas crever, Boris Vian

Recueil de poésie publié à titre posthume, ce florilège révèle en filigrane la crainte, l’angoisse, le mal-être et la tristesse de Boris Vian qui se sait condamné à une mort jeune. Malgré sa noirceur, sa tristesse et les regrets qu’il exprime, il s’agit néanmoins d’une oeuvre vivifiante, qui célèbre la vie. Les jeux de mots et les néologismes donnent à ce recueil faussement enfantin une touche de légèreté, une teinte d’élégance absurde et un brin d’humour perturbant qui fait du bien : « Il vaudrait mieux gagner sa vie. Mais ma vie, je l’ai, moi, ma vie. La vie, c’est comme une dent – Il faut vous l’arracher, la vie. »

POUR PARTICIPER À LA RÉVOLUTION POÉTIQUE

Cahier d’un retour au pays natal, Aimé Césaire

Alors qu’il étudie en France, Aimé Césaire compose un poème sur la Martinique, encore sous le joug du colonialisme français. Décrivant avec beaucoup d’amertume une population bien souvent illettrée, pauvre et mal traitée par les Blancs, il devient le porte-parole des Noirs dominés, soumis, opprimés, battus et révoltés : “Et nous sommes debout maintenant, mon pays et moi. Les cheveux dans le vent, ma main petite dans son poing énorme…”

POUR MÉDITER TOUTE LA JOURNÉE

L’insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera

Quelle qualité − de la gravité ou de la légèreté − correspond le mieux à la condition humaine ? Où s’arrête le sérieux pour céder la place au frivole, et réciproquement ? Avec son art du paradoxe, Kundera pose ces questions à travers un texte composé à partir de quelques données simples mais qui s’enrichissent constamment de nouvelles nuances, dans un jeu de variations où s’unissent récit, rêve et réflexion, prose et poésie, histoire récente et ancienne.


10 belles et bonnes actions en temps de pandémie

« Ce qui compte ce n’est pas ce qui arrive, c’est ce qu’on fait de ce qui arrive. » 

– Annie Ernaux, dans Mémoire de fille. 

1/ RENDEZ-VOUS À VOS FENÊTRES – L’initiative née en Italie s’est poursuivie en France ! Donnons-nous rendez-vous à nos fenêtres pour applaudir et manifester notre soutien au personnel soignant. Cette belle idée se répète tous les soirs à 20 heures ! Avec La Fête aux balcons, le webzine de musique électro Dure Vie souhaite rendre cette période de confinement plus festive et solidaire. Ce vendredi 20 mars, de 20h à 21h, les Français sont invités à se manifester, avec respect, à leurs fenêtres et balcons afin de remercier et d’encourager le personnel de santé, en première ligne pour freiner la propagation de coronavirus dans le pays. (Sortiraparis.com)

2/ ART – Des musées comme le Prado à Madrid offrent des visites en ligne, des dramaturges mettent leurs œuvres sur internet et des plateformes de films et de séries offrent des contenus gratuitement. Pendant le confinement, l’Opéra de Paris met également en ligne ses spectacles gratuitement : Don Giovanni, Le Lac des cygnes ou encore Le Barbier de Séville. Tous ces célèbres classiques sont disponibles en ligne gratuitement, à partir du 17 mars à 19h30, sur les sites de l’Opéra et de Culturebox. Canal + a également décidé de mettre à disposition des articles normalement réservés aux abonnés et de proposer des programmes adaptés aux enfants. Le site OpenCulture, lui, offre 4200 films rares et gratuits ! Des chef-d’œuvres inoubliables à découvrir ou redécouvrir signés George Lucas, Wes Anderson, Stanley Kubrick, Jean Cocteau, Andy Warhol, Salvador Dali, Andreï Tarkovski ou encore Christopher Nolan, David Lynch, Tim Burton, David Cronenberg, Sofia Coppola. (20Minutes, Sortiraparis.com, France bleu)

3/ SPORT – Des sportifs professionnels diffusent des activités à faire à la maison. Thomas Jiang, coach en ligne professionnel depuis plus de 2 ans, est un créateur de programme très actif sur les réseaux sociaux. Depuis la propagation du Covid-19, Thomas transforme son offre et son approche : « Je suis d’ailleurs en train de préparer des entraînements à faire à la maison sans matériel, et j’essaie de trouver des variations. » La Métropole de Rouen, quant à elle, propose de remplacer ses cours de zumba et cardio-boxe habituellement organisés en groupes par des séanceen vidéo sur Facebook. (FranceTv Sports et France Bleu)

4/ APPLICATION – Certains bénévoles sont autorisés à sortir et à assurer des distributions alimentaires, pour venir en aide aux personnes fragilisées. Le réseau d’aide Entourage publie sur son site internet les bons réflexes à adopter pour continuer à apporter aux sans-abri des produits de premières nécessités, d’hygiène, des mouchoirs jetables ou encore des gels hydroalcoolique. (Blog Entourage)

5/ GEL HYDROALCOOLIQUE – Le géant mondial du luxe LVMH a annoncé qu’il allait fabriquer en grande quantité des gels hydroalcooliques sur ses chaînes de production dédiées d’ordinaire à ses parfums et cosmétiques Christian Dior, Guerlain et Givenchy. Ceci pour les donner gratuitement aux hôpitaux et aux pouvoirs publics. Une initiative suivie en Suisse par l’entreprise genevoise Firmenich, qui a adapté son site pour produire 20 tonnes de gel et les offrir aux HUG. (BFMTV)

6/ MASQUES EN TISSUÀ Uccle, en Belgique, Lucie Burton, une artiste indépendante, a décidé de proposer des masques en tissu face à la pénurie de masques médicaux. « Oui, il faut être clair, ce ne sont pas des masques professionnels », prévient cette artiste de 31 ans, mais « c’est juste une barrière en plus à franchir » pour le virus. Une autre initiative pourrait bientôt voir le jour. Un prototype de masque de protection en tissu lavable a été mis au point par les Tissages de Charlieu. Ce masque lavable peut se substituer aux masques chirurgicaux en papier. L’entreprise pourrait en fabriquer 100 000 par jour sur ses quatre-vingt métiers à tisser : « Notre volonté via ce masque est de pouvoir fournir le grand public afin de répondre à l’urgence sanitaire et ainsi de faire en sorte que les stocks de masque homologués profitent prioritairement à ceux qui en ont besoin, c’est à dire le personnel soignant. » (RTBF info, l’Usine Nouvelle)

7/ LEVÉE DE FONDS – Paul Pogba, joueur de l’équipe de France et de Manchester United, a lancé une levée de fonds contre la pandémie du coronavirus. Le champion du monde 2018 a lancé une collecte sur sa page Facebook et a promis, si les dons dépassent 30 000 euros, de doubler le montant sur ses propres deniers : « La pandémie de coronavirus affecte la santé et la vie de beaucoup de gens, y compris des enfants. L’impact d’une épidémie à grande échelle, en particulier sur les enfants pauvres et vulnérables, peut être immense ». L’argent collecté servira à acheter des gants pour le personnel sanitaire, des masques et des lunettes de protection. (Le Parisien)

8/ IMMOBILIER – Pour aider des entreprises, des bailleurs suspendent également des loyers de commerçants, rapporte Marcel Nakam, directeur général associé de la marque de chaussures Jonak sur LinkedIn : « Je voulais partager une très belle anecdote par ces temps mouvementés. Après l’annonce d’Edouard Philippe, un de mes bailleurs m’a appelé simplement pour me dire : « Considérez que vos loyers sont annulés jusqu’à nouvel ordre. Nous sommes dans le même bateau. Et j’espère du fond du coeur qu’on va vite sortir de cette crise sans précédent ». »

9/ ÉDUCATION – La Bibliothèque Nationale de France met à disposition de tous les amoureux des livres une quantité impressionnante d’œuvres avec sa bibliothèque numérique Gallica. Un autre site Lire en ligne propose des œuvres littéraires libres de droits, sous forme numérique mais également sous forme audio. (France Bleu). Audrey Julienne, Fondatrice de RDE Marketing a 10 ans d’expériences dans le travail délocalisé. Elle a aussi proposé de mettre en place des cellules de soutien sur les questions de l’enseignement à distance. C’est gratuit, et l’objectif est d’aider tout le monde à prendre un virage qui n’est pas forcément intuitif. Écrivez-lui !

10/ LA DIXIÈME – N’oubliez pas que le partage d’une bonne action est aussi une bonne action ! Au-delà de cette liste, La Maison Trafalgar lancera prochainement une grande chaîne de lettres à destination de toutes celles et ceux que vous aimez. Nous revenons vers vous très vite pour vous présenter les détails de ce projet, et vous encourager à être le maillon de cette chaîne et de nos émotions !